vendredi 2 octobre 2015

Les propositions chocs de Nicolas Sarkozy

Remise en cause des 35 heures

« Toute entreprise qui souhaitera s’exonérer des 35 heures devra pouvoir le faire. Soit avec l’accord des partenaires sociaux de l’entreprise. Soit par un référendum au sein de l’entreprise. »
« Je pose une condition : personne ne doit travailler plus et gagner moins. Il n’est pas question de mon point de vue de faire travailler les salariés 39 heures pour qu’ils soient payés 35 heures. Le cas Smart est un cas spécifique de sauvegarde de compétitivité que je ne remets pas en cause.»
« Pour encourager les entreprises à remonter la durée du travail, je propose de les inciter financièrement. Les heures au-delà de 35 heures leur coûteraient moins. Les allégements de cotisations sociales patronales seraient accrus jusqu’à 39 heures. »
 

Refonder le dialogue social

« Le dialogue social ne fonctionne plus en France. La négociation sociale doit désormais se dérouler d’abord dans les entreprises, plutôt qu’au niveau de la branche ou du confédéral. »
« Quand un accord dans l’entreprise n’est pas possible entre les partenaires sociaux, ce sont les salariés de cette même entreprise qui doivent pouvoir trancher par référendum à la majorité simple. »
« Les délégués syndicaux doivent cesser d’être nommés par les syndicats, ils doivent pouvoir être élus par les salariés. »

Seuils sociaux

« Je propose de supprimer le seuil de 10 salariés pour les délégués du personnel et de fusionner l’ensemble des instances de représentation du personnel au-delà de 50 salariés. »

Statut des fonctionnaires

« Il faut d’abord rétablir la règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite et faire en sorte qu’il s’applique dans l’ensemble de la fonction publique, collectivités locales comprises. »
« Ayons le courage de dire que dans la fonction publique, on travaille souvent moins que 35 heures. Revenir aux 35 heures pour tout le monde est déjà une première étape minimum. »
« Je souhaite que nous revenions sur tous les accords de réduction du temps de travail qui ont été conclus dans les années 2000. »

Contrat de travail

« Le licenciement économique doit être rendu possible y compris pour réorganiser l’entreprise quand il est encore temps. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation où il est autorisé uniquement quand elle va très mal et avec un niveau de contraintes parmi les plus rigides d’Europe. »
« J’ajouterais que ce n’est pas au juge de contrôler l’opportunité d’une réorganisation dans une entreprise »
« Je suis favorable au plafonnement des indemnités de licenciement, pour apporter plus de visibilité et de sécurité juridique. »

Assurance-chômage

« Je propose de suspendre pour l’Unédic les règles du paritarisme. Le temps de revenir à l’équilibre des comptes, le régime doit être temporairement géré par l’Etat, qui doit prendre d’urgence les décisions fortes qui s’imposent. »
« Je pense ensuite qu’il faut revenir à la dégressivité des allocations chômage à partir de 12 mois, comme l’ont fait de nombreux pays, afin d’encourager le retour à l’emploi. »

Retraite

« Il faudra remonter l’âge légal de la retraite sans doute à 63 ans dès 2020. 
 

N'oublions pas.