Pour une révolution libérale de l'Ecole !

Il faut mener une révolution libérale de l'école dont les missions priment sur les principes.

L'Ecole doit faire de l'enfant un Citoyen éclairé et autonome capable de raisonnement  d'abord, lui offrir une compétence professionnelle adaptée à ses aspirations et à ses compétences intellectuelles et physiques ensuite, et le respect de l'autorité et des valeurs couronnant le tout enfin.

Cette révolution libérale de l'Ecole doit s'articuler autour de trois axes:

1. les établissements scolaires (écoles primaires, collèges, lycées) doivent être autonomes à l'image de nos universités. Les chefs d'établissement doivent devenir de réels supérieurs hiérarchiques du corps enseignants avec des compétences élargies (possibilité de recruter eux-mêmes les profs).

2. Les acteurs de l'établissement doivent être responsabilisés: services modulables, enseignements de plusieurs matières, élargissement des heures de présence dans l'établissement, heures de formation hors des horaires de cours.

3. Les métiers d'enseignants doivent être revalorisés: augmentation salariale, primes au mérite, mise à disposition dans les locaux de l'établissement d'un bureau individuel (permettant le travail personnel et la rencontre en toute confidentialité des parents), modernisation des outils mis à leur disposition (ordinateur portable, smartphone, abonnement internet).

Les grands principes de l'Ecole doivent être aménagés:

1. La liberté d'enseignement, qui consiste en la cohabitation du public et du privé, ne doit pas être contraint par la carte scolaire.

2. La gratuité de l'école doit être assurée par la mise à disposition des fournitures scolaires au sein de coopératives sous la responsabilité du chef d'établissement en lieu et place du versement de la "prime e rentrée".

3. La neutralité de l'enseignement doit simplement consister en l'absence de prosélytisme du corps enseignant. Une neutralité complète est incompatible avec l'objectif de formation de citoyens éclairés.

4. De même, la laïcité n'est pas la promotion de l'athéisme et le refus de la religion. La laïcité c'est le "vivre ensemble" dans le respect mutuel et avec la reconnaissance des origines chrétiennes de la nation française.

5. L'enseignement public jusqu'à 16 ans est un frein au développement personnel des jeunes adolescents en échec scolaire dont l'absentéisme important n'est jamais sanctionné. La présence de ces jeunes adolescents dans les classes complique la tâche des enseignants et est nuisible pour l'ensemble des élèves. Obligatoire dans un unique souci d'égalitarisme totalitaire, ce principe doit être amendé et ramené à 13 ans.

Articles les plus consultés