jeudi 29 octobre 2015

Pourquoi François Hollande va être réélu en 2017 ? Si on ne fait rien...

A cette question, tout professeur de français vous dirait qu'il faut répondre par une phrase commençant par :"parce que".

Alors je cherche à satisfaire mes anciens professeurs:
"Parce qu'il a inversé la courbe du chômage...": mauvaise réponse !
"Parce qu'il a redonné confiance aux entreprises...": encore une mauvaise réponse !
"Parce qu'il a fait de la France un acteur majeur des relations internationales...": réponse grotesque.
"Parce qu'il a sécurisé et apaisé les banlieues...": toujours pas bon.
"Parce qu'il a réduit le déficit budgétaire...": non vraiment pas.

J'ai beau cherché, la réponse ne peut commencer par "parce que". Le question est peut-être (volontairement) mal posée. Si vous transformez la question en : "Comment François Hollande va être réélu en 2017 ?" Là je sais répondre.

Prenons le calendrier électoral tel qu'il est prévu. En décembre, à la suite des Régionales, le PS se prend une claque et le FN emporte une ou deux régions. L'année 2016 est entièrement consacrée aux primaires de tout bord. Le début de l'année 2017 se déroule l'élection présidentielle suivie des législatives. Faisons un peu de politique fiction: Nicolas Sarkozy est élu président de la République face à Marine Le Pen. Les législatives dégagent une faible majorité (mais suffisante pour gouverner) pour une alliance Centre-UDI-Républicains. Le députés FN sont nombreux (assez pour constituer un groupe). Nicolas Sarkozy met en place son programme de réformes. La situation du pays se redresse et s'apaise. A la fin du quinquennat le candidat de la majorité présidentielle a toutes les chances d'être élu à la présidence. Le Front National a perdu une grande partie de ses électeurs revenus dans le giron de la droite républicaine. Le Parti Socialiste repart pour cinq nouvelles années de traversée du désert (soit dix années en tout, soit une génération de socialistes perdue).

Retournons vers le futur. Décembre 2015, les Régionales sont perdues par le parti gouvernemental et le FN réalise le score attendu. François Hollande profite de son allocution du nouvel an pour annoncer la dissolution de l'assemblée nationale. Les trois premiers mois de l'année sont consacrées à la campagnes des législatives. Une "vague bleue" déferlent sur l'hémicycle. François Hollande se déclare alors "au-dessus des partis". Comme chef du plus grand parti de la droite, Nicolas Sarkozy devient premier ministre. Les ambitions personnelles des leaders de droite et a forte représentation des députés frontistes compliquent la constitution d'une majorité stable. Les réformes nécessaires et attendues ne viennent pas. Les primaires sont quasiment inorganisables à droite. Début 2017 débute la campagne présidentielle. La droite arrive en ordre dispersée au premier tour de l'élection présidentielle et aucun d'eux n'est présent au second tour. Au parti socialiste (ou tout le monde veut redevenir député ou/et ministre) le seul candidat  "consensuel" est François Hollande, désigné candidat à sa propre succession. Au second tour, il se retrouve face à Marine Le Pen. Il est réélu. Il provoque de nouvelles élections législatives. La droite est en lambeau. La gauche est majoritaire et doit faire face à un important groupe "bleu marine". La démocratie vient d'être confisquée !

N'oublions pas.