dimanche 8 novembre 2015

Vidéo Discours de Nicolas Sarkozy au Conseil national du 7 novembre 2015

Nicolas Sarkozy : « Sans unité il ne peut pas y avoir de victoire, ni de construction de la force politique qui aura la responsabilité de l'alternance. »


Dans un discours de 50 mn, sans aucune note, le président Nicolas Sarkozy a conclu le Conseil national du mouvement "Les Républicains".

Entouré de toutes les têtes de listes régionales et départementales des Républicains (n'en déplaise aux commentateurs politiques), Nicolas Sarkozy a rappelé que « l'unité est plus difficile à réussir car elle demande un effort sur le long terme. L'unité est une stratégie pensée, réfléchie et [qu'il imposerait] quoiqu'il arrive. Sans unité il ne peut pas y avoir de victoire, ni de construction de la force politique qui aura la responsabilité de l'alternance. La France impose cette unité ».

« A 29 jours des régionales, je n'accepterai aucune exception à cette unité dans les départements, les régions ou au niveau national », poursuit-il. « Rarement on a pu être autant fiers de nos candidats »,  rendant également « hommage à nos partenaires loyaux ».

« Avant les départementales, pour ces régionales, pour la présidentielle, que cela soit clair entre les électeurs et nous : il n'y a jamais eu et il n'y aura jamais un seul accord entre les dirigeants du FN et nous. Pourquoi ? Parce que nous ne partageons rien. Ils détestent chacun. Nous, nous voulons rassembler tout le monde. Ils veulent isoler la France alors que nous voulons que la France garde son rayonnement universel. Ce n'est ni le même message, ni la même politique ».

« Tous les sujets sensibles feront l'objet de (...) votes. Ils sont et seront tranchés par le peuple des Républicains de France et non par un accord entre nous. Petit à petit nous construisons ainsi l'alternance ». « Tout est à refonder tant ils auront tout détruit ». « Ce projet il faudra qu'il rassemble, qu'il parle en même temps au cœur de notre électorat mais aussi qu'il soit plus large. Il ne s'agira pas de taper fort, mais de taper juste. Et surtout s'assurer de faire tout ce que nous avons promis. Un travail extraordinairement difficile et exigeant ».

« Au moment où la France disparaît des radars diplomatique mondiaux, est-ce que la France a encore un message universel à délivrer au monde ? Nous poserons cette question. Nous évoquerons également la Russie. Nous pensons que la France a la vocation de parler avec tout le monde et que le destin de l'Europe est de s'entendre avec la Russie ». « L'indépendance nationale est une ardente obligation ».

N'oublions pas.