lundi 4 janvier 2016

Qui sera candidat à l'élection présidentielle de 2017 ?


Dans un récent sondage, les Français ont confirmé leur rejet de la classe politique actuellement aux affaires (opposition comprise). Ainsi, ils ne souhaitent voir ni Nicolas Sarkozy ni François Hollande se présenter à l'élection présidentielle de 2017. Cette révolte contre les élites n'épargne pas les extrêmes. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon suivent le même sort.

La classe politique paye (enfin) le prix de près de quarante années d'immobilismes servies par des institutions inadaptées qui ne favorisent pas le renouvellement des dirigeants. Certes, la loi sur la parité a permis de féminiser les assemblées. Mais les exécutifs restent tenus par des barons, solidement arrimés à leur siège.

Pour lutter contre ces baronnies, il faut agir sur le recrutement de la classe politique et sur la manière d'exercer le pouvoir en France.

Il faut à mon sens réviser la formation des élites. L'E.N.A. crée un stéréotype d'hommes et de femmes politiques dont la promotion Voltaire est l'exemple par excellence. Construits sur un modèle unique, fonctionnarisé, sans connaissance du monde de l'entreprise, les jeunes énarques ne sont pas adaptés au monde économique moderne. Je crois qu'il faut purement et simplement abandonner ce système de formation et exiger des futurs dirigeants une expérience professionnelle dans le secteur privé d'au moins dix ans.

Concernant l'exercice du pouvoir, nos élus doivent toujours avoir en conscience qu'ils ne sont que les dépositaires de la fonction qu'ils exercent. Plusieurs réformes des institutions et du code électoral peuvent permettre cette conscientisation. L'interdiction du cumul des mandats est une solution efficace et empêche la professionnalisation de la politique. D'autres mesures doivent être prises conjointement comme l'obligation de démissionner des fonctions occupées avant de postuler à un autre mandat (par exemple un conseiller régional qui souhaite devenir député devra préalablement démissionner du conseil régional avant de se porter candidat à la législative). Le mandat non renouvelable favorise l'obligation de résultats du titulaire de la fonction. La limite d'âge à l'accès d'une fonction favorise le rajeunissement des dirigeants (65 ans comme pour les directions d'entreprises publiques). Enfin, l'interdiction pour un candidat ayant échoué de pouvoir se représenter, obligera les états majors à préparer constamment de futurs candidats. Le tout permet d'assurer le renouvellement régulier de la classe politique.

Si ces mesures sont efficaces pour assurer le renouvellement de notre classe dirigeante, elle ont des conséquences non négligeables. Avec ces règles, François Mitterrand n'aurait jamais été président de la République. Tout comme Jacques Chirac qui aurait du s'effacer devant Edouard Balladur en 1995. Ce dernier aurait alors certainement été élu. Voilà les conséquences pour l'histoire.
Pour les prochaines élections présidentielles, avec de telles règles, Nicolas Sarkozy ne pourrait se représenter toucher par la règle portant interdiction de se représenter à une élection après un échec. C'est cette même règle qui ferait obstacle à la candidature en 2017 de Marine Le Pen ou de son père, ou encore celles de Jean-Luc Mélenchon, François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan, Ségolène Royale... et tous les autres candidats aux précédents scrutins présidentiels. De même, Alain Juppé ne pourrait être candidat touché par la règle de l'âge limite et bien d'autres ténors de droite comme de gauche. François Hollande ne peut être candidat, son mandat n'étant pas renouvelable.

On se dirige vraisemblablement en 2017 vers une "bis repetita" de l'élection de 2012 (avec Sarkozy pour les Républicains, Hollande pour les Socialistes, Marine Le Pen pour le F.N., Mélenchon pour la gauche extrême - seuls les Verts assurent le suspens). Les règles proposées dans cet article ouvriraient la porte aux candidatures de Martine Aubry ou Manuel Valls, Laurent Vauquiez ou Valérie Pécresse, Florent Philippot...

"C.Q.F.D. n° 157"




N'oublions pas.