jeudi 11 février 2016

François Hollande, le "tonton flingueur" !

Le changement de gouvernement, c’est maintenant !

On avait vu François Hollande à la manœuvre politicienne, notamment lorsqu’il avait envisagé d’ouvrir sa majorité à quelques personnalités de la droite classique et en exploitant au maximum les thèses sécuritaires de celle-ci. Avec le remaniement gouvernemental, on le découvre à la manœuvre contre son propre camp. Digne héritier de tonton.

Manuel Valls a sauvé sa tête. Des rumeurs laissaient imaginer que des conseillers de l’Elysée cherchaient à l’évincer. En fait, en ne changeant pas de premier ministre, François Hollande s’assure que celui-ci portera jusqu’au bout la responsabilité de sa politique générale. Manuel Valls peut ainsi dire adieu à une éventuelle candidature à la présidentielle de 2017. Manuel Valls flingué !

Le très populaire Emmanuel Macron n’aura pas droit à son grand ministère des finances. Ses sorties tonitruantes ont fini par agacer le président. Résultats, il recule de deux places dans l’ordre protocolaire. Hollande flingue son ministre et l’aile droite de sa majorité !

L’ex-future première dame n’aura pas les Affaires étrangères qui échoit à l’ex-premier ministre Jean-Marc Ayrault. Elle restera à l’environnement et obtient un strapontin international et prenant la charge des relations internationales sur le climat (chercher pas ça ne veut rien dire). Elle doit son retour sur la scène politique. Ségolène flinguée !

Pour obtenir le quai d’Orsay, Jean-Marc Ayrault aura dû voter « pour » la déchéance de la nationalité alors qu’il n’avait cessé de prêcher le contraire. Ayrault achève les déçus du hollandisme de la première heure en les décevant à leur tour. Ayrault flingué !

En nommant trois pauvres bougres écologistes à des ministères non régaliens et au fin fond de l’ordre protocolaire, Hollande marque son mépris avec cette partie de son électorat tout en isolant Cécile Duflot. Le refus, il y a quelques jours, de Nicolas Hulot de mettre les mains dans le cambouis, avait déjà permis au président de montrer l’absence de volonté politique de l’icône des verts. Duflot, Hulot et les écolos : flingués !

Jean-Yves Le Drian reste ministre de la Défense et président de la région Bretagne. Lié à un exécutif régional et solidaire de la politique de l’exécutif national, le breton est dans le même bateau que son premier ministre. Aucune chance donc d’être candidat de la gauche en 2017 pour le seul ministre ayant brillé en 5 ans. J-Y LD flingué !

François Hollande n’oublie personne dans son jeu de massacre. L’inconsistant Jean-Marie Baylet, leader des radicaux de gauche, fait son entrée au gouvernement. Enfin celui-ci est ministre. Il en rêve depuis 4 ans. Des soucis judiciaires (aujourd’hui levés) empêchait une telle ambitions. Quelle contrepartie a-t il du apporter ? Sa non candidature aux primaires de la gauche ? Flingué le Jean-Marie !

Hamon, Montebourg, Filippetti (les frondeurs) ont été rendus inaudibles par l’Elysée. Sans structure politique, sans moyen financier, leurs propositions, éloignées des préoccupations des Français, ne trouvent aucun écho. Difficile d’exister dans un monde de communication sans tribune (sans mandat pour certains). François Hollande le sait depuis le début. Les actions terroristes et la droitisation des électeurs du parti socialiste ont fait le reste. Flingués les frondeurs !

Véritable fille de son père, Martine Aubry (un peu comme Hulot) s’est flinguée toute seule. Spécialiste du « j’y vais, j’y vais pas », elle s’est décrédibilisée en refusant d’aller au combat lors des régionales. En refusant de prendre un portefeuille ministériel, Hollande montre à la Nation toute entière l’incapacité de Martine Aubry a assumer des responsabilités nationales. Flinguée Martine Aubry !
Méthodiquement, politiquement, François Hollande aura éliminé tous ses concurrents à une éventuelle primaire. Bien sûr les leaders d’extrême-gauche sont toujours là mais ils ne représentent aucun risque pour le locataire de l’Elysée.

N'oublions pas.