mercredi 16 mars 2016

Et si le temps était venu de changer de République ? (1)

La Constitution de la Vème République a été rédigée pour répondre à une situation bien particulière et pour un homme providentiel : le général De Gaulle. Depuis 1954, les gouvernements successifs s’enlisent en Algérie. Les partis politiques traditionnels sont discrédités au profit de courants « antisystème » (communiste d’un côté et poujadiste de l’autre). Les majorités sont introuvables. La France de 1958 s’inscrit dans un monde en pleine guerre froide et vie sous la tutelle militaire des Etats-Unis. Bien qu’encore rurale, l’économie est en forte croissance dopée par la reconstruction et stimulée par une politique de dévaluations successives de la monnaie (les anciens francs). Le plein emploi est la règle. La source principale d’énergie est le charbon. Les hauts fourneaux de l’industrie métallurgique et les chantiers maritimes font la fierté du pays. La Communauté européenne est embryonnaire et se limite au charbon et à l’acier. La télévision et le réfrigérateur sont encore rares dans les foyers français. L’espérance de vie est de 65 ans pour un homme et de 70 ans pour une femme.
Certes depuis la Constitution a fait l’objet de nombreuses révisions.

Mais la France de 2015 et le monde dans lequel elle évolue n’ont, de toute l’histoire de l’humanité, jamais autant changé en 60 ans.

La situation internationale n’a plus rien à voir et de nouvelles menaces sont apparues. L’économie ne se comprend plus que dans un contexte mondialisé et est devenue numérique. Les industries ont quitté notre pays pour occuper d’autres territoires. La consommation et le gaspillage n’ont jamais été aussi importants. Le chômage n’a jamais été aussi haut. La dette souveraine est abyssale.  

Accrochés à leurs acquis sociaux, les français semblent ne pas comprendre la gravité de la situation. Leurs représentants (élus locaux et nationaux) leur ressemblent. Manquant de courage et ne sachant pas innover, ils s’enferment dans des solutions inefficaces et coûteuses.

Un changement de constitution n’est pas la solution miracle. Des efforts seront demandés. Des concessions seront exigées. Mais cette VIème république peut-elle être le symbole de l’acceptation par notre Nation de ces efforts. Elle sera aussi porteuse du renouveau de la classe politique française en faisant émerger de nouveaux talents.

N'oublions pas.