vendredi 18 mars 2016

Le prélèvement de l'impôt à la source, une arnaque ? par Claude Besnier

Toutes les interviews portées par bon nombre de médias vont dans le sens de l’impôt prélevé sur le salaire du contribuable, c’est à se demander si ces médias privilégiés face à l’impôt  ont choisi leurs interlocuteurs puisque certains sondages donnent près de 60 % de contribuables contre ce prélèvement.

Sous peine de faire banqueroute,  le grand gagnant c’est l’État qui encaisse l’impôt avant même  que le contribuable tienne un revenu définitif. 

Certains contribuables font une grave erreur en voulant croire que le prélèvement pris à la source lèvera un tracas avec le fisc. Ils en restent les responsables  Ce n’est pas parce qu’ils seront prélevés, qu’ils pourront croire que l’argent de leurs rémunérations après déduction sera à leur entière disposition.

Personne ne dit non plus comment les choses iront lorsque les prélèvements salariaux par le trésor public seront supérieurs à l’échéance salariale et personne ne dit non plus que le contribuable peut se voir doublement débité si l’entreprise défaillante ne paie plus ni  charges,  ni impôts 

 Les contribuables qui ont accepté des prélèvements automatiques contrediront pas, car ils savent bien, à la fin de l’année fiscale il reste toujours un reliquat à payer et c’est justement ce reliquat souvent salé qui  nous met  en grande difficulté. 

Nous avons vu aussi dans une interview des dirigeants qui étaient pour le prélèvement sur les salaires. Là il faut dire  aux innocents les mains pleines, il est certain que d’une part cette demande du fisc va entraîner un coût dans l’entreprise  et que d’autre part ce sera des risques pour des délais de paiements non respectés, et de devoir payer des majorations.

Tout le monde comprendra qu’il s’agit là d’une aubaine pour Bercy qui mettra encore plus  en état d’infraction les entreprises aux trésoreries exsangues et qui sera source de contrôles fiscaux . 

En saisissant mensuellement  l’impôt sur le revenu du contribuable salarié, l’État fige les investissements qui doivent faire l’objet de déduction, il se met  hors-la-loi car l’impôt doit être calculé sur des revenus annuels en tenant compte d’éventuelles déductions.

Il ne faut pas se laisser embobiner par des comparaisons avec les pays voisins où les contribuables ne paient même pas 7 % d’impôt sur le revenu pendant que les contribuables français en paye plus de 40 %
  
L’annonce officielle du prélèvement de l’impôt à la source et une perte de liberté et reste un abus de pouvoir

Claude Besnier est sur Facebook !

N'oublions pas.