lundi 18 avril 2016

"Nuit debout"... ils feraient mieux de s'assoir et de réfléchir dans la journée


Nous assistons dans la rue à la fin des idéologies de gauche. Le dernier sursaut est donné par des mouvements d’extrême gauche, que la bien pensance française appelle « gauche de la gauche », afin de faire oublier que ces mouvements sont antidémocratiques et antirépublicains.

Bien sûr, avec leurs logos « peace and love » autour du cou ou leur « tarpé » à la bouche ils sont bien sympathiques. Mais ils veulent d’une société dont l’histoire a prouvé qu’elle ne marche pas. A voir ces portraits du Che arborés sur les tee-shirts, ils en oublient qu’il est la figure d’une terrible dictature et le gardien d’une prison de détenus politiques.

Pendant que l’on parle de la « nuit debout » ou ne parle pas des vrais problèmes à savoir : le chômage et les entreprises qui font faillites. La « nuit debout » est un bon moyen pour créer la diversion pour un gouvernement à bout de souffle et pour une certaine presse qui s’est complètement plantée en soutenant François Hollande en 2012.

Pourtant les combats ne manquent pas. Je suis un libéral convaincu. Les dernières affaires montrent que le capitalisme économique n’est pas irréprochable. Cette énergie serait mieux dispensée à réguler ce système, le pire qui existe à l’exclusion de tous les autres.

N'oublions pas.