lundi 6 juin 2016

C.G.T. : Corporation de Grévistes Totalitaires !

En plein état d'urgence, à quelques jours de l'Euro de foot et alors qu'une partie de nos concitoyens souffrent des conséquences des inondations, la C.G.T. poursuit ses opérations de blocages. L'organisation veut que l'on reconnaisse leurs droits, mais ne respectent pas l'ensemble des franciliens pris en otage par leurs exactions.

Quant au gouvernement, il nous donne une nouvelle preuve de son laxisme et de son incapacité à maintenir l'ordre. Et comme à chaque fois le premier ministre consulte, discute, joue du menton et fronce les sourcils. C'est d'autorité dont nous avons besoin pour réformer le pays et relancer l'économie.

Rien ne justifie la violence, le désordre, l'anarchie. 

Parce que les cégétistes dans la rue, cela fait peur à n’importe quel gouvernement. C’est donc une arme efficace pour le faire reculer ou obtenir toute sorte de concessions.

Mais ne nous y trompons pas. Ces salariés politisés et syndiqués à outrance alors qu’ils ne donnent rien à la Nation ne sont que les “idiots utiles” d’apparatchiks communistes qui ont misé sur la mort politique de Manuel Valls et sur l'existence éphémère de Manuel Macron. Ils sont les “sans-culottes” de ce combat inédit de fin de règne de la gauche contre la gauche. C’est dire qu’ils sont très loin de représenter le salariat de notre pays. Ils n’ont rien à voir avec tous ces hommes et femmes qui considèrent le monde comme un village et vont tenter leur chance partout où le XXIe siècle se crée, comme il y a un siècle d’autres partaient conquérir, moderniser et faire fructifier les terres qui s'offraient à eux. Surtout quand ceux qui manifestent ont renoncé aux si belles promesses de leur avenir.

La révolution économique est en marche et rien ne pourra l'arrêter. La France a décidément une guerre de retard. Dans quel pays vivons-nous ?

N'oublions pas.