mercredi 20 juillet 2016

Qui sont les députés les plus absents ?

BL'année prochaine nous élirons notre président de la République, mais aussi nos députés.

S'ils étaient nombreux à l'Assemblée Nationale cette nuit pour le débat sur l'état d'urgence, les députés ne sont pas toujours exemplaires !

Jean-Christophe CAMBADELIS, député socialiste de la 16ème circonscription de Paris, n’a pu consacrer à son mandat que 5 semaines et être présent deux fois en commissions sur les 12 derniers mois. Il n’a fait aucune intervention, présenté aucun rapport, rédigé aucune proposition de loi, posé aucune question.

Son collègue Laurent CATHALA, député socialiste du Val-de-Marne, n’a rien à lui envier. Il a été présent 5 semaines également et à assister à 6 séances en commissions. Il a tout de même posé trois questions mais pas de quoi attraper une migraine !

9 autres députés ont été présents moins de 5 semaines dans l’hémicycle. Ainsi, le député communiste de la Guadeloupe, Eric JALTON, n’est jamais venu à Paris.  Cinq autres députés des DOM n’ont pu consacrer qu’entre deux et quatre semaines à leurs travaux parlementaires. On les « excusera » du fait de la distance.

Les députés socialistes, Gibert SAUVAN et Henri EMMANUELLI, respectivement députés des Alpes de Haute Provence et des Landes, ont été présents trois semaines et ont posé à eux deux 12 questions.

Chez les Républicains, Bernard BROCHAND, député des Alpes-Maritimes, n’est venu qu’une semaine et a posé 8 questions.

Un peu d’espoir quand même et félicitations à :

-          Régis JUANICO, député socialiste de la Loire, pour ses 41 semaines de présences,

-          Lionel TARDY, député les Républicains de Haute-Savoie pour ses 186 présences en commissions,

-          Hervé PELLOIS, socialiste, député du Morbihan, pour ses 39 semaines de présences et 152 présences en commissions,

-          Marc LEFUR, député républicain des Côtes d’Armor, pour ses 1214 interventions dans l’hémicycle,

-          Thierry LAZARO, député républicain du Nord, pour ses 624 questions écrites.

N'oublions pas.