samedi 6 août 2016

Braderie de Lille: Martine Aubry a eu raison !

Je ne pensais pas qu'un jour j'écrirai ces mots: "Martine Aubry a raison". Le maire de Lille a eu tout à fait raison d'annuler la Grande Braderie.
Sa décision associe responsabilité politique (et certainement pas un principe de précaution excessif) et responsabilité morale. Pour une fois qu'un responsable politique fait jouer sa conscience morale avant son intérêt politique, il est important de souligner le geste.

La sécurisation de la Braderie de Lille n'était pas possible. Il n'est pas possible d'assurer la protection de 2 millions de visiteurs dans une multitude de rues et ruelles, places et squares. Impossible de contrôler tous ces passionnés de brocante à l'identique des fans zones de l'Euro de foot dans lesquels ils étaient interdit de rentrer avec des sacs ou de déposer des objets sur le sol.

Quand à l'argument selon lequel l'Euro de foot ou le Tour de France n'ont pas été annulés, preuves qu'on ne cède pas à la terreur, j'objecterai les arguments suivants:
- d'abord, ce n'est pas parce qu'il n'y a pas eu de drames que l'on a eu raison de maintenir leur organisation respective. On peut rouler à 200 km/h sur l'autoroute sans avoir d'accident, ça ne justifie pas le dépassement de la limitation de vitesse. Les organisations et les autorités administratives n'on pas eu raison, elles ont eu de la chance;
- ensuite, entre l'Euro de foot, le tour de France et la Braderie de Lille, il y a eu le terrible attentat de Nice. Les données n'étaient donc pas les mêmes;
- enfin, je ne crois pas que l'Euro de foot et le tour de France ont été une preuve de courage des organisateurs face à la menace islamiste, mais  au contraire une lâcheté de ceux-ci devant les enjeux économiques engagés.

Les forces de l'ordre, gendarmes, policiers et militaires sont épuisés. Je crois qu'ils ont mieux à faire en ce moment que de sécuriser les loisirs de la population. Cette situation est difficile pour les commerçants et les restaurateurs, je le comprends. Mais sont-ils prêt à regarder dans les yeux les parents des victimes si un attentat se produit dans leur commerce et expliquer qu'économiquement ils ne pouvaient pas faire autrement.

Nous sommes en guerre. Le juge Marc TREVIDIC a prévenu: "l'année à venir  va être terrible". Il faut que les français arrêtent de faire les enfants gâtés qu'on prive de manèges  parce qu'ils sont malades. Les français ont cautionné majoritairement la prorogation de l'état d'urgence et réclament plus de sécurité. Tout cela à un prix !

Bravo Martine !

N'oublions pas.