mardi 16 août 2016

Eradiquer le terrorisme en refondant l'école

Toutes les mesures exceptionnelles - nécessaires et urgentes - exposées précédemment, n'éradiqueront pas à elles seules le risque terroriste. Car ces assassins ont fréquenté l'école de la République ! Que s'est-il passé ?

Nous n'avons pas su défendre et valoriser notre culture, notre langue, notre histoire. Nous nous sommes au contraire couchés devant nos ennemis, nous avons remisé au placard la protection de la femme au nom de la liberté religieuse, nous avons par lâcheté laissé se développer sur notre territoire un islam radical au mépris de nos valeurs.

Après la reconquête "armée" des banlieues, il faut passer à une reconquête "éducative" de la Nation. Le programme est simple et peut se résumer comme suit :


  • Respect, Autorité et Discipline : les manquements aux respects du aux enseignants (de la part des enfants comme des parents) doivent faire l'objet de sanctions (pénales pour les majeurs) et le chef d'établissement doit voir ses pouvoirs élargis pour imposer son autorité (y compris aux enseignants dont il doit devenir le véritable hiérarchique);
  • La lutte contre toutes les formes de violence et le respect des principes de la charte de la laïcité, doivent être les priorités de l'école primaire;
  • La méritocratie doit être rétabli avec des évaluations justes qui mettront fin au nivellement par le bas;
  • La transmission des valeurs et de la mémoire de la France (liberté de pensée, égalité entre les femmes et les hommes, racines gréco-romaines et chrétiennes, liberté de conscience...) doit, avec l'apprentissage de la langue française, participer à l'effort de mémoire;
  • L'histoire de LA France ET DES FRANCAIS doit être l'occasion de montrer la grandeur de notre civilisation, de notre culture... Il faut être fiers d'être français. Les sciences sont également l'occasion de montrer le savoir faire français (innovations technologiques et découvertes scientifiques);
  • Multiplier les facteurs de succès en reconnaissant tous les talents et en valorisant les filières professionnelles.
Nous n’avons pas à nous excuser d’être ce que nous sommes. Nous pouvons en être fiers. Nous sommes les héritiers d’une histoire millénaire, une histoire à apprendre et à aimer, celle du sacre de Reims comme celle de la fête de la Fédération, celle des rêves d’empire lointain comme celle des petits bonheurs quotidiens.

Nous sommes les dépositaires d’un art de vivre, d’une langue et, au fond, d’une certaine idée de la civilisation. Nous sommes un État-nation, qui participe à l’Union européenne, bien sûr, et qui entend en demeurer un acteur majeur, mais qui veut aussi rester un État indépendant et souverain. Nous sommes une démocratie, qui doit agir au nom du peuple français. Nous sommes un État de droit, qui a pour règle de respecter et de faire respecter ses lois. Nous sommes une République, qui veut décider pour elle-même et n’abandonne pas les siens.

La reconquête éducative sera longue. Elle est l'affaire de tous. Elle contribuera à la victoire contre le terrorisme.