lundi 8 août 2016

Une proposition par jour pour sortir du chaos avant le K.-O .

© Laurent SAILLY pour Méchant Réac ! ®

A peu près tout le monde est d’accord pour qualifier la situation économique, sociale, politique et institutionnelle d’extrêmement grave et juge que celle-ci ne peut plus durer.
Au niveau économique :
Le chômage est la première préoccupation des Français
La pression fiscale sur les revenus et la peur de l’avenir pèsent sur la consommation des classes moyennes
Le poids des charges sociales nuisent à la performance des entreprises et grèvent les revenus des commerçants, des artisans, des professions libérales et des petits entrepreneurs
Au niveau social :
La pauvreté marginalise une partie de la société et fait proliférer la délinquance 
Le communautarisme, notamment religieux et spécialement la religion musulmane, et l’absence d’une politique migratoire ont provoqué une crise identitaire majeure en France 
L’égalitarisme à tout prix, l’assistanat et les acquis sociaux ont détruit les valeurs du travail et de la méritocratie engendrant un nivellement par le bas
Au niveau politique :
L’inefficacité des politiques générales menées depuis trente ans a créé une coupure entre les Français et leurs dirigeants
La persistance dans notre pays de la théorie de la lutte des classes et la défiance envers les « riches » empêchent une approche saine et concrète des mécanismes économiques
La résistance au changement des Français et la lâcheté des dirigeants politiques rendent coupables la mondialisation et le processus européen de tous les maux
Au niveau institutionnel :
La Vème République n’est plus adaptée à la situation et a perdu de sa cohérence institutionnelle
Le mille-feuilles administratif et l’échec de la réforme de l’Etat se révèlent trop coûteux pour le contribuable français et inefficace
La perte d’autorité des pouvoirs publics et de leurs représentants (politiques ou publics) provoquent une crise sécuritaire
Bref la France est malade. Les symptômes sont identifiés (le terrorisme en est un et parmi les plus dramatiques) et agissent généralement en interaction les uns avec les autres. Le diagnostic étant posé, il faut maintenant trouver le médecin qui rédigera la bonne ordonnance. Encore faut-il que la malade veuille guérir !
Tout au long de l’été je vais vous proposer des remèdes et une posologie. Tous les médicaments n’auront pas bon goût. Un régime sera nécessaire. Mais soit on guéri, soit on meurt.
Je ne suis pas médecin (je ne brigue aucun mandat), par contre je fais partie des malades (je suis un citoyen français) et je veux guérir !