lundi 19 septembre 2016

Demain, tous entrepreneurs !

http://gentilbanquierfr.blogspot.fr/

Plaidoyer pour le contrat unique, le revenu réel et l’impôt à taux unique sur les revenus du travail.

L’égalitarisme est un mythe. Seul le mérite doit prévaloir dans les relations de travail. Un mauvais employé ne trouvera pas de boulot, pas plus que le mauvais boulanger ne vendra de pain. L’assistanat est une gangrène. Il vaut mieux accompagner les projets individuels en favorisant l’initiative. La liberté d’entreprendre doit remplacer le travail salarié.

Le modèle social français c'est le salariat avec un pacte social qui repose sur l'échange "protection contre subordination" couplé d'une législation protectrice (réglementation stricte des causes de licenciement) et providentiel (protection sociale et indemnités chômages).

Aujourd'hui, les structures hiérarchiques pyramidales sont remises en cause. L'individu ne trouve plus alors dans la relation salariale de quoi "se réaliser". Il est en perpétuelle recherche d'autre chose. Il veut être autonome. Chacun compte sur son propre réseau pour développer son activité. Cette évolution se constate sur toutes les strates sociales, plus ou moins accentuée en fonction du niveau d'étude et du caractère alimentaire de l'activité.

Or, la multiplication des CDD, le régime actuel de l’auto-entreprenariat et le développement du travail dissimulé précarisent la situation d’un nombre important des salariés de notre pays (pauvreté, difficultés à se loger, accès impossible au crédit).

Ce n'est pas qu'il n'y a plus de travail, c'est que chacun doit réinventer son activité.

Pourquoi un contrat unique ?

Libérons les conditions d'embauches en revenant à la liberté contractuelle (principe du droit français). L'employeur et le salarié-entrepreneur s'entendent sur la mission (métier, fonction), sur le prix (rémunération, avantages en nature, mutuelle, titres restaurant), sur l'organisation du travail (horaires, durée hebdomadaire, congés, heures supplémentaires, lieu de travail) et sur les conditions de rupture du contrat de travail (durée définie dans le temps, préavis, dédommagements).

Qu’est-ce que le revenu réel ?

L'idée serait de verser aux salariés l'intégralité de leur salaire, prestations sociales comprises, afin qu'ils cotisent ensuite aux assurances de leur choix. Cette proposition peut être assortie ou non d'une obligation de s'assurer. Cela permettrait de faire prendre conscience du vrai coût des assurances fournies tout en donnant enfin une liberté de choix à chacun.

Quel taux unique pour l’impôt sur les revenus du travail ?

L'impôt à taux unique ou impôt proportionnel (Flat tax en anglais) est un système somme toute assez simple : remplacer le barème progressif de l'impôt par un taux unique.

Le taux idéal semble se situer entre 10% et 15%. Un double taux, à savoir 8% en dessous de 20.000 euros de revenu fiscal de référence puis 12% serait également un bon compromis afin de soutenir le pouvoir d'achat des ménages les plus modestes.

Essayons la liberté, je suis certain que ça va vous plaire !

L'employeur peut embaucher en étant libéré des rigidités du contrat de travail. Le salarié trouve plus facilement un emploi. L'Etat n'aurait de rôle à jouer que dans les conflits entre les deux parties comme détenteur du pouvoir régalien de rendre la justice.

http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/la-fin-du-salariat-a-la-papa_1730814.html
LIRE L'ARTICLE : "LA FIN DU SALARIAT A LA PAPA"




N'oublions pas.