mardi 4 octobre 2016

Alstom-Belfort sauvé: en voiture les couillons !

François Hollande l'avait promis: "nous allons sauver l'usine d'Alstom de Belfort". Promesse tenue. Heureusement à la finale qu'il ne les a pas toutes tenues parce que c'est une connerie.
Car l'Etat (c'est-à-dire nous !) va acheter une quinzaine de TGV dont nous n'avons ni besoin, ni les moyens. La facture: 500 millions d'euros pour sauver 410 emplois et la campagne du candidat Hollande.

Si le Conseil Constitutionnel ajoute ces 500 millions aux dépenses de campagne du président-candidat, les 4 ou 5 millions de dépassement des frais de campagne en 2012 de Nicolas Sarkozy vont faire petits joueurs !

500 millions de dépenses publiques alors que le déficit budgétaire est abyssal semblent mal venues alors que l'économie française peine à retrouver des indices de croissance positives. La facture est lourde lors que chaque jour 150 artisans ou commerçants déposent le bilan. Il est vrai que leur capacité de mobilisation est bien moindre.

N'existait-il pas une autre solution ? Quitte à dépenser l'argent public, on aurait mieux fait alors de donner 150 mille euros à chacun des 410 salariés d'Alstom-Belfort. Tout le monde aurait été content et ça n'aurait couté que 61 millions d'euros aux contribuables.

N'oublions pas.