samedi 5 novembre 2016

Budget Police : le foutage de gueule du gouvernement !

Par Laurent SAILLY, directeur de la publication de Méchant Réac !

Le week-end dernier nous changions d'heure. J'en profite pour remettre à l'heure les pendules budgétaires du gouvernement.

Oui, il est vrai que Nicolas Sarkozy a diminué les effectifs de la Police Nationale. En 2007, la police nationale comptait 149.965 postes pourvus, équivalents à des temps pleins. Cinq ans plus tard, il n'en restait que 143.872, soit une baisse effective de 6 093 postes (voir le rapport parlementaire). Mais, d'abord la situation budgétaire l'exigeait. Ensuite, le risque terroriste n'existait pas en France à l'époque. Enfin, cette mesure s'accompagnait d'un redéploiement sur le terrain des effectifs.

Non, les effectifs de la Police Nationale n'ont pas augmenté depuis l'arrivée de Manuel Valls au ministère de l'Intérieur en 2012. Il faut deux ans pour former un gardien de la paix. Considérant les risques terroristes existants depuis 2012, des renforts importants auraient pu arriver dès 2014. On peut d'ailleurs se poser la question suivante : si les forces de l'ordre avaient été plus nombreuses dès 2014, les attentats de 2015 auraient-ils eu lieu ?

Oui, Manuel Valls a bien baissé les budgets de la Police et de la Gendarmerie. Méchant Réac a retrouvé un décret datant du 20 novembre 2015 (soit une semaine après l'attentat du Bataclan) par lequel le premier ministre annule des crédits destinés à la Police Nationale et à la Gendarmerie pour un montant de 850 millions d'euros [Décret n° 2015-1514 du 20 novembre 2015 portant transfert de crédits]. Ces crédits sont transférés au budget de la Direction de l'action du Gouvernement (direction qui sert notamment à la "propagande gouvernementale" !). Le budget exceptionnel annoncé par le gouvernement est un leurre: il s'agit uniquement de la restitution d'une petite partie du budget confisqué l'année dernière.

Alors arrêtons de se foutre de la gueule des policiers et des Français !

Il est urgent de revaloriser le métier de gardien de la paix et des gendarmes :
  • par le paiement des heures supplémentaires;
  • par l'augmentation immédiate de 3% des rémunérations policiers jusqu'au grade de Major ;
  • par l'attribution d'une prime brute exceptionnelle de 800 euros exonérée de l'Impôt sur le revenu jusqu'au grades de Major;
  • par le redéploiement des effectifs de police (externalisation des tâches);
  • par l'amélioration des conditions de travail (matériels) et la mise en place d'un accompagnement psychologique lors de missions particulièrement difficiles;
  • par l'aggravation de la peine encourue en cas d'actes commis à l'encontre des forces de l'ordre;
  • par une formation continue relative aux conditions juridiques de la légitime défense.

N'oublions pas.