lundi 15 mai 2017

Edouard Philippe : un homme-frontière

Par Philippe Bilger

Ce n'est pas un choix qu'on fait à la va-vite. Il a été mûrement réfléchi, pesé.
Et très habile.
Alors que l'entourage du président nous avait annoncé que le nom de son premier Premier ministre serait connu le 15 mai entre 9 heures et midi, il a fallu attendre 15 heures pour sa révélation.
Je ne crois pas qu'il s'agisse avec ce retard d'une volonté forcenée de l'Elysée de s'imposer comme maître des horloges mais plutôt de tractations liées à la composition du gouvernement, aux 149 investitures laissées en suspens par LREM et aux élections législatives à venir. Le monde ancien ne se laisse pas aussi facilement oublier.
Puisque, depuis dix jours, Emmanuel Macron avait son Premier ministre dans la tête et qu'il a parfaitement gardé son secret. Avec lui, on est passé des confidences au silence. Mais ces retards du 15 mai dénotent-ils une fiabilité relative ou ne sont-ils que conjoncturels, liés à cette séquence très particulière ?
Il était temps d'en venir au fait pour le citoyen que je suis. A l'exception du Multifoot du 14 au soir, je n'ai pas quitté BFMTV et TF1 pour la passation de pouvoir et pour la matinée interminable du 15.
Il faudra inventer un nouveau mode d'information politique. La banalité accablante des éditorialistes, de ces commentateurs qui répètent, même si les visages changent, des propos et des analyses qui ne représentent aucune valeur ajoutée par rapport à ceux spontanés, libres du profane. Des poncifs nous sont présentés pour des fulgurances.
Edouard Philippe Premier ministre.

http://www.philippebilger.com/blog/2017/05/edouard-philippe-un-homme-fronti%C3%A8re.html

N'oublions pas.