lundi 29 mai 2017

IFRAP > 6 mois pour débloquer la France




Juin 2017 : agir vite au niveau du Parlement


Juillet 2017 : une loi de finances rectificative comme un grand soir fiscal







Lutter contre l'inflation normative

Emmanuel Macron s'est positionné pour lutter contre l'inflation normative lorsqu'il déclarait : "je veux qu'on n'ajoute plus de nouvelles règles avant d'avoir passé en revue celles qui existent et n'ont pas d'utilité." Il souhaite aussi limiter le nombre de mois pendant lequel on légifère et consacrer plus de temps parlementaire à l’évaluation de l’action du gouvernement. Deux propositions conjointes et qu'il faut graver dans le marbre dès les premiers jours de la nouvelle législative. Nous proposons que dès juillet, soit adopter le principe de "A chaque loi votée, deux lois supprimées" pour réduire notre stock normatif, il faudra aussi mettre en place les outils pour évaluer ce stock, le contrôler et faire la transparence sur le sujet.
En parallèle, il faudra mettre en place les outils pour que le Parlement audite chaque projet de loi, de normes, de décrets pour en évaluer l'impact. Ces rapports devront être publiés.




Aout 2017 : une dizaine de décrets et d'ordonnances pour faire sauter les blocages


















Septembre 2017 : 1 référendum sur le financement du syndicalisme pour plus de transparence 


En 2017, il n’y aura pas le choix, car les corporatismes ont déjà prévenu qu’ils seront en embuscade pour s’opposer aux réformes. Avant même la passation de pouvoir, Emmanuel Macron est en train de voir se lever un « front social » et une manifestation « En Marx » contre le programme que les Français viennent d’élire, à l’appel de Sud, de la CGT et de l’Unef. Il faudra donc tout le poids des Français pour faire avancer les mesures les plus délicates au nom de l’intérêt supérieur de la nation : idéalement, un référendum devrait être proposé aux Français chaque année pour que cette pratique entre dans nos mœurs politiques. Cela obligerait nos élus à faire des efforts d’explication, de transparence et de détail des projets. Cela permettrait aussi de revêtir d’une légitimité populaire la décision politique face aux corporatismes, souvent trop peu représentatifs.






Octobre-décembre 2017 : Préparer le budget 2018

Seulement un début







N'oublions pas.