lundi 29 mai 2017

Le Prince se conseille lui-même !

Par Philippe Bilger

Combien de philosophes ou d'intellectuels plus ou moins reconnus ont rêvé d'être, à certains moments de leur vie, les conseillers du Prince, de mêler l'ivresse des concepts au réalisme de l'action ! Mais aucun, ou si peu, n'a réussi à satisfaire cette suprême ambition.

Avec Emmanuel Macron, nous avons un Prince qui se conseille lui-même. Qu'on apprécie ou non les débuts de sa présidence qui ne prendra son cours opératoire et, pour lui, décisif qu'après le résultat des élections législatives - la majorité absolue pour LREM apparemment ne serait pas inconcevable -, il me semble que, au-delà des plans esthétique et politique, personne ne peut nier qu'avec lui l'intelligence est au pouvoir, une certaine qualité de pensée au sommet.

Emmanuel Macron a apporté ses bagages d'hier dans sa vie présidentielle d'aujourd'hui. Je veux bien croire qu'il n'a pas, d'emblée, songé à la charge suprême mais il a réfléchi manifestement, dans son passé, comme s'il allait devoir l'assumer un jour. Il suffit pour s'en convaincre de lire un texte qu'il a publié dans la revue Esprit, où "il développe une théorie de l'action politique dans un monde complexe" et plus précisément une analyse du temps juste, celui qui surgirait vainqueur de l'écartèlement "entre le temps long condamné à la procrastination ou à l'incantation et le temps court qui appelle l'urgence imparfaite ou insuffisante" (Le Monde).

Cette approche n'est pas banale qui se penche sur le rythme nécessaire à la politique. Ce n'est pas seulement de l'abstraction car on sent déjà des piétinements d'impatience, une volonté d'incarnation dans ces aperçus plus vraiment théoriques, pas encore opératoires. Il est clair qu'Emmanuel Macron nous offre aujourd'hui une illustration de sa pensée d'hier.

Lire la suite...

N'oublions pas.