jeudi 4 mai 2017

Les limites de l'insuffisance

Par Yves Thréard

N’en déplaise à certains, Marine Le Pen a réussi la « dédiabolisation » du Front national. En dépit de quelques déclarations qui, de temps à autre, rappellent les polémiques malsaines orchestrées naguère par son père, le parti n’est plus tout à fait le même. C’est ainsi qu’il a pu élargir sa base électorale, comme l’attestent ses bons résultats au fil des scrutins. Mais jusqu’où et jusqu’à quand ?
Le débat de mercredi soir a prouvé, de façon flagrante, qu’il manquait un élément essentiel au FN, et notamment à celle qui le dirige : la crédibilité. Cela tient-il à la personnalité de Marine Le Pen ? Face à un Emmanuel Macron inexpérimenté et souvent approximatif, elle n’a pas su montrer qu’elle avait l’étoffe d’un président de la République. Très loin de là.
Du début à la fin, elle a été, tour à tour, agressive, ricanante, injurieuse. Pour sa défense, certains affirment qu’elle voulait ainsi traduire la colère d’une partie des Français. Contre le système, la technocratie, la mondialisation qui les écrase, et qu’incarne son adversaire. D’autres soulignent que cette tactique de rupture a permis à Donald Trump de l’emporter face à Hillary Clinton aux États-Unis. Certes, mais la dénonciation permanente a ses limites. Elle ne cache pas l’insuffisance de son auteur quand elle n’est pas assortie de propositions alternatives et précises.
Marine Le Pen n’est jamais parvenue à maquiller l’incohérence de ses idées, de son projet économique notamment...

Retrouvez l'intégralité de cette note ainsi que l'ensemble de mes éditos sur ma page Mon Figaro

N'oublions pas.