vendredi 2 juin 2017

Défense : les 2% du PIB en 2022 ne sont pas en option


2.jpg

État et collectivités

02 juin 2017 • Agnès Verdier-Molinié


Si l’on raisonne en termes de poids dans le budget annuel de l’Etat français, la Défense est passée de 14% en 1982 à 10% en 2016. En termes de part consacrée à la Défense par rapport au total des richesses produites, le ratio est passé de 3,1% du PIB en 1982 à 1,88% en 2011 et 1,73% en 2015. Ce qui correspond à une division par deux de l’effort de défense français en trente ans. Le ministère de la Défense est aussi le ministère qui s’est le plus réformé sous la pression des coupes budgétaires successives. La Défense a supporté à elle seule quelques 40% de l’effort décidé par la RGPP. De 2008 à 2019, la défense aura perdu 50 000 postes. Avec les conséquences que l’on sait : même si notre armée reste théoriquement capable de mener n’importe quel type de mission, les nombreuses déflations d’effectifs dans les forces de combat et surtout dans les fonctions de soutien mettent clairement en danger notre capacité à fournir une « masse critique » d’hommes et de matériels. 

N'oublions pas.