lundi 3 juillet 2017

Goldnadel : “Que la droite médite donc ses fautes avant de se reconstruire”

Valeurs Actuelles.

L’avantage du chaos politique est que l’on peut reconstruire sur un sol rasé. La droite chaotique est paraît-il à reconstruire. Plutôt que de ressasser les trahisons et de diligenter déjà contre Monsieur Macron une procédure pour dictature, elle serait mieux inspirée à méditer ses fautes qui sont à l’origine de sa déconfiture.
J’aurais passé une bonne partie de ma vie intellectuelle à la supplier d’entamer une bataille médiatique et culturelle qu’elle n’aura jamais eue l’intelligence ou le courage de mener. Il faut dire que certains de ses chefs ne prenaient pas le temps de lire, pour autant qu’ils savaient.

Les Français plus préoccupés par la montée de l’islam politique que par le chômage

La droite culturelle avait gagné dans les têtes, la droite politique a été incapable de transformer ses essais en succès.
Cette semaine, un sondage diffusé par Europe 1 révèle que les Français sont plus préoccupés par la question de la montée de l’islam politique que par celle du chômage. Peut-être que la droite aurait été bien inspirée d’en faire un thème électoral.
Le JDD, après le Canard enchaîné, révèle les soucis de Madame Pénicaud concernant le congrès de Las Vegas organisé sans souci des dépenses au bénéfice du ministre économe. J’aurais été l’un des seuls, pendant la campagne électorale, alors que le Parquet National Financier s’était saisi en un temps record d’une certaine affaire d’emplois fictifs de m’étonner qu’un sort procédural identique en vélocité ne soit pas réservé en suite des articles publiés à l’encontre de tous les impliqués.
Enfin et surtout, la privatisation par la gauche du service public audiovisuel et sa domination impériale sur les autres médias aurait pu constituer un thème fédérateur. Mais autant crier dans le désert, la droite libérale mais aussi l’autre ayant capitalisé uniquement sur l’économie.

Qu’on juge cette semaine combien les territoires occultés de l’information ne sont pas une chimère. L’exemple du traitement réservé à Donald Trump et quel que soit le regard que l’on est libre de poser sur le personnage mirobolant, constitue la preuve accablante qu’une chape de plomb prive le consommateur français de toute information libre et complète.


Je ne parle pas seulement de ce que le public français ignore les excellents résultats de l’emploi américain, la reprise de la consommation, les prêts immobiliers et la reprise des ventes qui ont évité la saisie à des milliers de familles, la hausse des investissements, les usines étrangères qui s’implantent aux États-Unis, le nombre d’entrées d’illégaux qui a chuté de 45 %, les records de la bourse (les retraités aux États-Unis vivent des revenus boursiers ) et le taux de croissance qui dépasse les meilleurs scores de la présidence Obama.
J’évoque également le succès remporté par le président devant la Cour Suprême concernant son arrêté si controversé en matière de migrations à partir de pays à risque. L’arrêté avait provoqué une tempête planétaire. Sa validation partielle aura été soigneusement dissimulée à la population française tenue par les chaines dans l’ignorance.
J’évoque aussi le fait exceptionnel que trois journalistes de CNN ont été contraints de présenter leur démission en raison d’une désinformation manifeste commise au détriment de l’administration Trump. Les Français informés ne sont qu’une poignée.

Les débats qui auraient pu faire gagner la droite ont été interdits

Cette désinformation par l’occultation se retrouve dans tous les domaines politique, aussi bien en matière de politique étrangère que concernant les sujets sociétaux. Tout ce qui gêne la Doxa dominante est, dans le meilleur des cas dissimulée, dans le pire transformé.
La droite française, faute de l’avoir compris n’a jamais voulu en faire un thème politique. Les débats qui auraient pu la faire gagner ont été interdits. Elle est la première responsable de ce dont elle est la première victime. Et les Français, mystifiés avec elle.
Qu’elle prenne son temps pour méditer ses fautes. Malheureusement du temps elle en a devant elle. Pour la France, c’est moins sûr.

N'oublions pas.