mardi 25 juillet 2017

Il n'y a pas de malédiction élyséenne ! par Philippe Bilger

D'aucuns se posent la question d'une "malédiction élyséenne" avec la chute de dix points d'Emmanuel Macron dans un récent sondage (Figaro Vox). Comme si le pouvoir suprême par lui-même était condamné à son propre déclin.

Pourtant, à bien y regarder en comparant les débuts des précédents quinquennats avec ceux de l'actuel, on retrouve un dénominateur commun qui est tout simplement la "malédiction" du réel ou en tout cas son irruption dans les illusions ou les promesses des campagnes même les plus honnêtes. D'un coup, l'enchantement suscité par le virtuel se brise sur un réel qui ne fait pas de quartier. Presque mécaniquement, le heurt du projet sur le présent du pays, l'éventuelle découverte de "cadavres budgétaires" dans le placard entraînent une diminution de l'adhésion collective.
D'autant plus que jusqu'à nouvel ordre, notre vie politique n'a pas encore connu ce miracle d'une campagne présidentielle qui promettrait moins qu'elle ne tiendrait. Une quasi impossibilité que cette répudiation de la démagogie et cette audace de la mesure et de la modestie !

La suite sur son site

N'oublions pas.