Fatiha Boudjahlat : La France, tu la respectes ou tu vas vivre ailleurs

http://vivrelarepublique.fr/
Fatiha Boudjahlat, co-fondatrice du mouvement "Viv(r)e la République" était l'invité ce 1er août dans #LaMatinaleEte de Juilien Desvages. Elle revient sur la polémique suscitée par le boxeur Patrice Quarteron qui s'est drapé du drapeau français après une victoire en boxe Muay thai.
Voir la vidéo de Fatiha Boudjahlat et lire les commentaires toujours intelligent de Céline Pina.
Céline Pina : "Pour une premier fois à la télévision, sur un sujet délicat, Fatiha Boudjahlat est comme d'habitude claire, fine, posée, intelligente et pedagogique. Prenez le temps de l'écouter, cela ne dure que 7 mn mais avec Fatiha le temps est toujours bien utilisé.
Mention spéciale pour son refus de se voir renvoyer, comme de voir Patrice Quarteron, renvoyé à ses origines : "la traçabilité ça m'importe pour ce que je mange mais cela ne n'intéresse pas quand on parle des hommes".
Belle explication du conflit de loyauté délétère dont les jeunes sont victimes: en leur demandant de magnifier leurs origines et de détester la France, des idéologues irresponsables, qu'ils soient de la mouvance indigéniste ou islamiste les conduisent droit dans le mur. Ils leur donnent les outils pour construire leur échec personnel et exploitent ainsi le ressentiment qui en découle.
Belle explication sur le fait que quand on exhibe son appartenance à un pays comme un lien de honte et de souffrance, il faut se demander pourquoi on y reste. Quand on professe la haine de la France et un amour immodéré pour le pays de ses parents, pourquoi rester? Peut-être parce que au fond de soi on sait que dans le pays que l'on magnifie, il n'y a pas d'aides sociales, on n'est pas pris en charge dans le malheur, la vieillesse, la maladie, que l'avenir est encore plus bouchée qu'au fin fond de la banlieue... Alors plutôt que de se construire dans la haine et le rejet pourquoi ne pas apprendre à trouver sa place dans son pays d'accueil. La France est un pays tolérant et accueillant et les attaques qu'elle subit n'ont pas changé ces fondamentaux-là."

Articles les plus consultés