Pourquoi ne pas introduire l’histoire des religions dans les écoles publiques ?

Les religions sont un fait culturel majeur de l’histoire de l’humanité.

Les arts n’ont longtemps été tournés que vers Dieu. Nombre d’évènements historiques ont pour cause un fait religieux. De nombreux philosophes croyaient en Dieu. De multiples expressions de la langue courante sont issues des textes religieux. Toutes les dictatures naissent dans des pays ou des régions où les populations (et leurs dirigeants) ne connaissent rien aux grandes thématiques religieuses.

La connaissance des religions est un élément indispensable à une bonne compréhension du monde, de l’histoire et des cultures. L’actualité illustre, chaque jour, tristement mes propos.

Alors bien sûr, il ne s’agit pas de faire « monter à l’assaut » des légions de prêtres, de rabbins, d’imans ou autres moines bouddhistes dans nos écoles laïques et républicaines. Il s’agit plutôt d’aménagement des programmes d’histoire pour enseigner l’histoire des religions et l’étude des religions comparées.

Aux laïcards et aux tenants de la mixité sociale, je dis : « L’ignorance est la plus importante des inégalités, ne vous trompez pas de combat ! » Le maître d’école anticlérical de la IIIème République est depuis longtemps descendu de son estrade. Le curé de campagne a de son côté remisé sa soutane. A la mixité sociale qui est un mythe, source de l’échec de l’école républicaine, jouons la carte de la mixité intellectuelle. Une connaissance objective et distanciée des religions éveillera l’esprit critique des enfants et des adolescents.

Les institutions religieuses ont plus à craindre que la République d’un tel enseignement !

©Laurent SAILLY pour Méchant Réac ! ®

Commentaires