https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

La Méchante Semaine n° 2020-32 du 3 au 9 août 2020


Cette semaine, Méchant Réac ! ® a partagé les avis et opinions de Edouard Husson, Arnaud Benedetti, Bonnie Kristian, Mathieu Bock-Côté, Céline Pina, Nicolas Bouzou, Elisabeth Levy, Bertrand Cavallier, Philippe Bilger, Guillaume Bigot, Jean-Eric Schoettl, Peggy Sastre, Alexandre Del Valle, François Chauvancy, Alain Rodier, Nicolas Baverez, Rod Dreher, Olivier Babeau ; sur des sujets aussi divers que la « Cancel culture », le retour des djihadistes en France, l’espoir libéral, le débat sur la P.M.A ., « l’ensauvagement », le néoféminisme, la Turquie, les Frères musulmans, les Etats-Unis à 100 jours des élections américaines…
La Méchante Semaine s’est également intéressée à une note de la Fondation du Pont-Neuf rédigée par Frédéric Rouvillois et Christophe Boutin, et a particulièrement aimée le dernier essai de Joseph Macé-Scaron.


« CANCEL CULTURE », « FACT CHECKING » : LES NOUVEAUX CENSEURS

La Cancel culture, ce nouveau Mac carthysme visant à pousser hors de leurs emplois ou faire taire toutes les voix jugées dissonantes par le nouveau progressisme anti raciste/ décolonial / féministe /etc. gagne du terrain. La manière dont Twitter et Facebook pratiquent la -nécessaire- modération des contenus s’apparente de plus en plus à une censure idéologique frontale, relayée par les tenants d’une nouvelle idéologique progressiste qui imagine pouvoir créer un homme nouveau à grands coups de rééducation ou d’épuration idéologiques. Pour Edouard Husson et Arnaud Benedetti, ce sont les pires dérives du XXème siècle qui nous menacent à nouveau.

Pour Bonnie Kristian, la mise hors la loi et la cancel culture procèdent toutes les deux de la même tendance humaine à l’ostracisme, le désir d’exclure les gêneurs de la société dite respectable.

Certains, qui revendiquent le titre de correcteurs au service de l’exactitude factuelle (Fact checking), sont des militants qui entendent surtout déterminer le sens des événements explique Mathieu Bock-Côté. Les décodeurs de Libération se sont simplement permis de déterminer quelle interprétation on peut faire d’un amendement, et laquelle on doit proscrire. Au Canada, de plus en plus de journaux traitent le concept d’immigration illégale comme un terme relevant des « fake news ».

RETOUR DES DJIHADISTES EN FRANCE

Favorable au retour des djihadistes au nom d'une éthique de conviction, l'avocat Éric Dupond-Moretti oublie qu'en tant que ministre de la Justice, c'est l'éthique de responsabilité qui devrait le guider nous dit Céline Pina.

VIVE LA LIBERALISME !

Un grand mouvement de déréglementation ou des simplifications massives généreraient beaucoup de croissance sans rien coûter aux finances publiques. Et Nicolas Bouzou de nous lancer un défi : « Et si on essayait la relance par la liberté ? »

DEBATS SUR LA P.M.A. POUR TOUTES

Indépendamment du fond même de la légalisation de l’ouverture de la PMA aux femmes seules ou aux couples de lesbiennes, les débats parlementaires se sont faits sur un certain type d’arguments biaisés dont la banalisation mène droit à un affaiblissement du politique. Edouard Husson s’inquiète des dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes.

« ENSAUVAGEMENT »

« Flics Lives Matter ! » s’exclame Elisabeth Levy. La nouvelle offensive antiraciste revendique sa haine pour tout ce qui représente la nation française, son passé et ses institutions. Dans ce grand récit victimaire, les « violences policières » prétendument exercées contre les Noirs et les Arabes tiennent une place de choix. Cet amalgame injuste ignore l’ensauvagement d’une société dans laquelle les forces de l’ordre sont devenues des cibles.

Depuis le déconfinement, les altercations entre passagers refusant de porter des masques et conducteurs de bus comme celle mortelle à Bayonne et à Dijon se sont multipliées.

Bertrand Cavallier s’interroge sur les mesures rapides pour stopper la multiplication des violences au quotidien. Orange mécanique, le retour…mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques poursuit-il. Que se passe-t-il dans la tête de leurs agresseurs que nous devrions comprendre afin de pouvoir réagir ?

Un document dressé par les services de police et de gendarmerie montre l'extrême violence qui monte en France. Une violence face à laquelle l'Etat semble désarmé. Comment expliquer cette faillite de l’Etat ? Réponses à deux voix de Philippe Bilger et Guillaume Bigot.

NEO-FEMINISME

Potentiellement libérateur, le mouvement Me too a été confisqué par cette branche du gauchisme qu'est le féminisme radical, lui-même inséparable de la surenchère victimaire qui a accompagné l'assomption des droits individuels, en France comme partout en Occident, depuis une quarantaine d'années. En devenant juridiquement correct, le politiquement correct malmène les principes fondamentaux de la République affirme Jean-Eric Schoettl. Celle-ci saura-t-elle résister ?

Au cours d’un entretien exclusif, Peggy Sastre nous parle de sa notion de féminisme, de la perception du féminisme à l’heure actuelle et des combats à mener.

LES FRERES MUSULMANS EN FRANCE ET DANS LE MONDE

Alexandre del Valle a publié un ouvrage co-écrit avec Emmanuel Razavi, intitulé Le Projet, la stratégie d'infiltration et de conquête des Frères musulmans en France et dans le monde, dont l'un des axes est justement l'analyse de la stratégie victimaire "antiraciste" des islamistes qui masquent leurs objectifs obscurantistes et suprémacistes, donc foncièrement racistes et impérialistes. L'auteur rappelle que les pionniers et concepteurs de cette stratégie paranoïsante - qui vise à embrigader les musulmans en les persuadant qu'ils sont en permanence "persécutés" - est la marque de fabrique majeure des Frères-musulmans, avant-garde révolutionnaire et matrice inégalée du totalitarisme islamiste en général, qu'il soit jihadiste-"coupeur de têtes" ou "institutionnel-victimaire", "coupeur de langues"...

TURQUIE : UNE MARCHE A LA GUERRE ?

En cette journée anniversaire de l’échec du coup d’État mené contre R. Erdogan le 15 juillet 2016, un éclairage approfondi sur la Turquie d’aujourd'hui semble opportun dans le contexte géopolitique actuel. Le général François Chauvancy voit dans la Turquie, une nouvelle menace militaire pour l’Union Européenne.

Lors d'un récent déplacement dans une base militaire, le ministre de l'Intérieur Turc, Suleyman Soylu, a annoncé que "la Turquie deviendra très prochainement le centre d'attraction le plus important du monde". Qu'est-ce que cela révèle des ambitions de Recep Tayyip Erdogan ? Pour Alain Rodier, le président turc ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les frères musulmans.

La Méditerranée redevient aujourd’hui une zone de tensions majeures, marquée par l’extension du chaos qui domine le Moyen-Orient, selon Nicolas Baverez. La Méditerranée constitue l’une des zones clés pour les migrations, avec la coexistence potentiellement explosive de 466 millions d’Européens et de 4,5 milliards d’Africains en 2100.

PORTRAIT DES ETATS-UNIS A J-100 DES ELECTIONS AMERICAINES…

Très critique de la gestion de la crise sanitaire par Donald Trump et inquiet devant la radicalisation des activistes du mouvement Black Lives Matter, l’éditorialiste conservateur américain, Rod Dreher, brosse un sombre portrait de son pays, à cent jours de la prochaine élection présidentielle. Aux yeux des militants et sympathisants du mouvement BLM, et particulièrement pour les médias, la seule cause de la souffrance des familles noires, c’est le racisme. Biden joue une carte bien connue en politique : quand votre adversaire se détruit, n’interférez pas. Joe Biden est tellement normal, que les gens ordinaires ne l’associent pas à cette gauche radicale. Les problèmes liés au coronavirus que l’Amérique a connus ne sont pas tous liés à Trump.

La décision de Google de signaler par militantisme, aux Etats-Unis, les commerces tenus par des Noirs, aggrave le séparatisme ethnique et ruine l’idée d’universalité, s’inquiète Olivier Babeau. La discrimination ethnique, que l’on croyait définitivement abolie, fait un retour spectaculaire sans rencontrer d’opposition apparente. Les militants de cette « justice sociale » sont radicalement opposés à la réponse universaliste fondée sur le principe d’indistinction. L’on a vu des activistes brûler des Bibles devant la cour fédérale de Portland. L’autodafé fait un retour inattendu au rang des pratiques approuvées par la bienpensance. La France a mis le doigt dans cet engrenage mortifère.

Des scientifiques ont retiré leur étude après qu'elle a été utilisée pour remettre en cause l'idée d'un « racisme systémique » dans la police américaine. Peggy Sastre détaille ce phénomène : quand la science sociale devient bombe politique.

LA « DEMOCRATIE AUGMENTEE »

Que dit la Convention citoyenne pour le climat, cette expérience de « démocratie augmentée » selon son rapporteur général, de l’évolution de notre société ? Entre une démocratie parlementaire où le fossé se creuserait entre gouvernants et gouvernés et les risques démagogiques de la démocratie directe, la démocratie participative ainsi expérimentée dessine-t-elle la troisième voie apaisée qui apporterait une légitimité nouvelle aux décisions publiques ?

C’est sur cette question essentielle, qui mérite mieux que des envolées lyriques, que s’est penchée la Fondation du Pont-Neuf. Pour s’interroger, d’abord, sur la légitimité de ce « panel » de 150 personnes supposé penser, parler et vouloir pour le peuple tout entier, et dont il s’avère en fin de compte qu’il n’est ni représentatif, ni indépendant. Pour se poser ensuite la question des rapports existant entre cette démocratie participative et une démocratie représentative à laquelle elle ne semble apporter que bien peu de choses, tout en dépossédant les pouvoirs constitués d’une part importante de leurs facultés normatives dans la mesure où les propositions de la Convention auraient vocation à être intégrées « sans filtre » dans le droit positif, et ce sous contrôle de ses anciens membres, « les 150 », auxquels Emmanuel Macron a reconnu un « droit d’alerte. Pour examiner enfin comment cette même démocratie participative permet d’exclure une expression directe du peuple où les fondateurs de la Ve République voyaient un garde-fou contre la dérive des institutions.

Si la réponse à ces questions revêt aujourd’hui une telle importance, c’est que la Convention citoyenne pour le climat est présentée comme une étape : Emmanuel Macron, a annoncé le 29 juin dernier, recevant ses membres dans les jardins de l’Élysée, que cette expérience serait étendue dans l’avenir à d’autres sujets, et exprimé son désir de voir le Conseil économique social et environnemental réformé en ce sens. Une perspective d’autant moins rassurante que ce mécanisme a priori séduisant dissimule en réalité la montée en puissance du règne des experts qui l’ont imaginé et théorisé avant de l’animer, de l’encadrer et de l’orienter. Elle dessine un monde d’où le peuple souverain, qu’il agisse « par ses représentants ou par la voie du référendum », comme le précise notre Constitution, paraît de plus en plus exclu.

D’où le titre de cette étude de Christophe Boutin et Frédéric Rouvillois : le modèle de la Convention citoyenne, censé être un progrès inédit et décisif de la démocratie, ne serait-il pas plutôt un trou noir où celle-ci risque de disparaître ?

J’AI LU ET AIME CETTE SEMAINE

Le dernier essai de Joseph Macé-Scaron : « RENDRE VIE A LA MORT ». Il a suffi qu'un virus accélère sa mutation entre deux cageots dans un marché de Wuhan pour mettre à bas notre course vers le transhumanisme ou tout autre culte du corps niant notre forme transitoire. Cette crise tragique nous donne, d’abord, à réfléchir sur notre condition d’être mortel. Elle nous rend la mort nue, la mort vraie, cette mort que nous avons tant espéré faire disparaître de notre paysage. Mais qui aurait pu prévoir qu’en mettant ainsi en scène notre vulnérabilité, la mort allait nous livrer aussi un peu de nous-même ? Oui, la mort est bien notre affaire.

Laurent Sailly, directeur de la publication.
https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/https://parolesdevangiles.blogspot.com/https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !