lundi 10 août 2015

Privatisons une partie de la fonction publique !

Quand a été rédigé cet article, la dettes de l'Etat était évaluée  à 2.091.094.080.283 € et le déficit était de 53.394.080.383 €


Selon l’INSEE, en 2013, la France comptait 100 000 fonctionnaires de plus qu’en 2012 (en hausse de 1.5 %). Ironie du calendrier, entre décembre 2012 et décembre 2013, le nombre de fonctionnaires britanniques a baissé de 200.000 ! Les fonctionnaires britanniques représentent 17.7 % de la population active contre 23 % en France. Les dépenses publiques britanniques représentent aujourd’hui 41 % du PIB contre 56 % en France.

Comment nos voisins anglais ont-ils fait ?

Ils ont supprimé plus de 400 000 fonctionnaires. Mais la plupart de ces suppressions de postes ont fait l’objet de reclassements dans le privé. Car l’Etat réformé se doit de proposer des services sans les assurer directement en les sous-traitant ou les privatisant. Les fonctionnaires changent d’employeur et passent sous contrat privé, assurant ainsi l’efficacité de la continuité du service.

Ainsi entre 2010 et 2015 ont été privatisés  une grande partie de l’école, l’administration pénitentiaire, l’équivalent de notre pôle emploi En Suède, même la collecte de l’impôt est sous-traitée. En Autriche, les agents du pôle emploi ont un statut de commercial avec un objectif trouver du boulot aux chômeurs ! Au Canada dans les années 1990, de nombreuses missions des administrations ont été privatisées et la taille de la fonction publique diminuée de 23 % (47 000 postes ont été supprimés)

En France, l’INSEE a montré que l’Etat continue à grossir et que la privatisation n’est pas pour demain. 8 300 postes supplémentaires vont être créés ce qui va représenter un coût supplémentaire d’environ 332 millions d’euros/an. En moyenne, un fonctionnaire coûte à la collectivité environ 40 000 euros/an.

Le Ministère de l’Economie et des Finances compte 140.000 fonctionnaires pour 66 millions de Français soit 60 000 fonctionnaires de plus qu’au Royaume-Uni pour une population équivalente et 90 000 fonctionnaires de plus qu’en Allemagne pour 80 millions d’Allemands. Les effectifs de Bercy sont largement trop importants. Pour être au niveau l’Etat devrait supprimer entre 50 000 et 70 000 postes (ce qui représente une économie de l’ordre de 2.8 mds d’euros).


    

N'oublions pas.