mercredi 30 septembre 2015

Où se situe la ligne de démarcation entre la droite républicaine et le Front National ?

Dans un précédent article, j'avais abordé la question du Front National. "L'incident Nadine Morano" de la semaine dernière, que la gauche exploite jusqu'à la moindre virgule, oblige Les Républicains à s'interroger sur leurs valeurs .

Le départ de Jean-Marie Le Pen et de ses lieutenants, la fin des dérapages linguistiques et des incidents en marge des réunions du FN, ont rendu, grâce au travail de Marine Le Pen et de Florian Philippot, la parti presque fréquentable. Tellement fréquentable que le bouillonnant avocat Gilbert Collard participe à de nombreuses émission avec l'étiquette "bon client".

Le Front National n'est pas un parti anti-démocratique, c'est par l'élection que le mouvement de Marine Le Pen veut accéder et se maintenir au pouvoir. L'aspect républicain est moins évident, et certaines valeurs républicaines s'adaptent mal avec le projet gouvernemental  du mouvement.

Racisme et antisémitisme, ces théories qui n’ont aucun fondement scientifique ou sociologique, ne transpirent plus du programme politique du mouvement lepeniste (en tout cas au niveau des cadres du parti). Leur absence ne suffit pas à sortir le Front National de la mouvance extrémiste. En effet, ils sont absents des fascismes espagnol (franquisme), portugais (salazarisme) et même italien (Mussolini semblant ne s’y convertir qu’avec la seconde guerre mondiale). L’antisémitisme est « naturellement » absent des programmes de l’extrême droite israélienne (Lehava, Israël Beytenou…). Le racisme et l’antisémitisme sont, au XXème siècle, les bases des mouvements ariens (nazisme, néonazisme, Ku Kux Klan, afrikaner). A contrario, Joseph Staline dirigera une politique antisémite à la fin de son règne, reprenant à son compte la théorie du « complot sioniste ».
 
Quels sont alors les thèmes qui rapprochent ou éloignent la droite républicaine et le F.N. ?
 
Ø  Les sujets qui peuvent être abordés :
·         La Défense nationale, la Justice et la sécurité intérieure
·         La politique d’immigration, le traité Shengen et le code de la nationalité
·         La notion de laïcité
·         L’enseignement
·         L’écologie, l’aménagement du territoire
 
Ø  Les sujets inconciliables :
·         La place et le rôle de l’état, de la fonction publique
·         La politique économique et fiscale
·         La politique sociale
Ø  Les thèmes non négociables :
·         Le rétablissement de la peine de mort
·         La sortie de l’Europe et de la zone €
 

N'oublions pas.