dimanche 15 novembre 2015

Les attentats expliqués à nos enfants

http://www.lepetitquotidien.fr/
Cliquez sur l'image pour accéder au site
Des enfants terrifiés qui ne veulent pas dormir seuls, d’autres qui s’inventent témoins des attentats ou qui déclarent connaître une des victimes, des adultes en état de sidération, d’autres fondant en larmes… Les événements violents de vendredi soir ont un impact psychologique sur toute la population.

Quelque soit l’âge, vous devez prendre l’initiative du dialogue en adaptant votre discours.

Les très petits enfants (avant l’école primaire) vont culpabiliser s’ils vous voient bouleversés car ils pensent être la cause de votre état. Rassurez-les en leur faisant comprendre qu’ils n’y sont pour rien, mais il est inutile de leurs expliquer.

Les enfants en primaire, ils vont se sentir méprisés si vous n’échangez pas sur ces sujets (syndrome du « je suis trop petit pour comprendre »). Vous devez lancer la conversation (« sais-tu ce qui s’est passé ») sans pour autant anticiper leurs questions. Il faut alors dédramatiser et expliquer que de tels évènements sont « très, très, très rares ».

A la question inévitable du « pourquoi », la réponse doit être simple : « ce sont des gens qui sont devenus fous ». En fonction de la précocité de l’enfant vous adapterez votre vocabulaire. L’échange va permettre d’éviter la construction d’images terrifiantes.

Quand vous ne savez pas dites-le.

Pour les pré-adolescents et les adolescents, vous pouvez, en fonction du niveau de culture générale et de sensibilité, aborder les tenants et les aboutissants des faits. Ne rentrez pas dans les détails de l’agression mais ne censurez pas les mots tel que « guerre », « fanatisme », terrorisme ».

Rassurez-les sur le fait que tout le monde est uni et que la police recherche les coupables. Expliquez que les terroristes de vendredi soir ont été tués par la police. Insistez sur les mouvements de solidarité. C’est l’occasion pour vous de communiquer les valeurs humaines auxquelles vous croyez.
 
Dans tous les cas vous devez expliquer tout changement du quotidien et ne pas laisser les enfants seuls face aux images (interdire la télévision est une mauvaise idée car cela donnerait l’impression que vous cachez quelques choses).

N'oublions pas.