Lutte contre la fraude fiscale : faut-il croire Bercy ?

Fraude fiscale : 21,2 milliards d'euros de redressements en 2015, un record
 
Faut-il croire Bercy ? s’agit-il uniquement de grandes entreprises ? Les contrôlés sont-ils les fraudeurs ?
 
Il ne faut prendre au pied et à la lettre ce que l’administration fiscale déclare devant les médias.
...
La totalité du montant pharaonique déclaré par les membres du ministre de l’économie et des finances pour 2015 ne va pas aller dans les caisses de l’État, par contre il y a la somme rondelette d'environ 210 millions d’euros qui a déjà été payée à titre de prime annuelle de résultat aux fonctionnaires des services concernés qui fanfaronnent devant les caméras de la télévision.
 
Cette manne financière si elle est avérée ne vient certainement pas des grandes entreprises qui sont bardées d’avocats fiscalistes beaucoup plus pointus que les membres de l’administration fiscale chargée des contrôles, ces avocats fiscalistes savent user du code général des impôts pour se détourner de l’impôt de manière légale.
La majorité des redressements vient uniquement des petits contribuables, des petites et moyennes entreprises qui sont très vulnérables et qui n’ont aucun moyen d’opposition.
Lorsque elles osent s’opposer, tout devient un véritable cauchemar car tout est bon pour ceux qui contrôlent derrière leurs petits ordinateurs portables, ils donnent force à leurs interprétations personnelles qui déforment les articles du code général des impôts dont ils se servent et bien évidemment tout y passe majoration , pénalités, intérêts.
 
Sauf rares exceptions, la majorité des contrôlés ne sont pas des fraudeurs, il s’agit la plupart du temps des manques d’informations sur des modifications apportées par le ministre de l’économie et des finances, des déclarations qui fautent de temps et d'argent ne sont pas faites dans les délais, mais une fois les calculs repris le redressement s’effectuent bien souvent en occultant les sommes déjà payées majorant avantageusement les résultat du contrôle.
 
Contrairement à ce que les médias et le ministre de l'économie et des finances font croire les contrôles fiscaux ont des conséquences graves et une perte sèche pour l’État.
La majorité des petites et moyennes entreprises contrôlées, disparaissent dans les années qui suivent entraînant bien souvent avec elles des centaines de chômeurs et des désastres familiaux.
 
Quand on fait bien les comptes, il n’y a pas de quoi se gargariser d’avoir battu les records pour 21,2 milliards d'euros.
 
Tout le monde aura compris, les contrôles fiscaux ont été établis à la demande de Monsieur Hollande qui avait fait des promesses électorales en 2012 notamment de démissionner en cas d’échec et avec cette déclaration spectaculaire on cherche à sauver le soldat Hollande mais ces contrôles fiscaux de 2015 ne serviront à rien.
 
 
Article publié sur "Méchant Réac ! le blog"
avec l'autorisation de l'auteur 


Commentaires

Articles les plus consultés