mercredi 25 mai 2016

La France a peur !

Les Français ont peur de tout et notamment du progrès. Peur de perdre leurs avantages sociaux alors que le première version de la loi El Komery proposait d'ouvrir le marché du travail et était la seule mesure intelligente depuis 2012. Peur de la nouvelle économie alors que la France pourrait prendre une place importante dans cette nouvelle révolution numérique. Peur de la liberté d'expression alors que la France, par son histoire, est surement le seul pays à pouvoir assurer la liberté de pensée et le respect mutuel. Peur du rôle des religions alors que les Français avaient mieux que n'importe qui placer la tolérance au cœur d'une société laïque. Peur des progrès de la science, de l'évolution des mœurs, etc...

"La France a peur" disait Roger Gicquel. La France a peur de disparaître parce que les Français ont perdu leurs repères. Parce que la dictature gauchisante des médias a emmené le pays à croire que le progrès s'était de renoncer à son identité, à son héritage, les Français ont pris peur. Alors on se réfugie derrière des notions qui rassurent: sécurité, protectionnisme, autoritarisme et on invente des principes de précaution.

Incapables de mener les Français vers un avenir fleurissant par des mesures réfléchies, la classe politique sombre dans une autre peur : celle de perdre le pouvoir.
Mais à quoi sert le pouvoir si ce n'est pour rien en faire. Lorsqu'ils sont au pouvoir, les dirigeants français n'osent pas agir. Lorsqu'ils sont dans l'opposition, ils n'osent rien dire ! Au cas où... au cas où quoi ?

Les progressistes étaient à gauche. Les conservateurs étaient à droite. Et comme dans un attelage de chevaux, les uns donnaient de la vitesse, les autres évitaient les sorties de route. La folie égalitariste a poussé les premiers à courir moins vite et les seconds a ne plus retenir l'ensemble.

"N'ayez pas peur" disait Jean-Paul II. La France est une terre de progrès et de tradition. Cette dichotomie est une force. Il faut retrouver un équilibre, une pensée, un objectif. Les Français doivent se ressaisir pour relancer l'attelage et changer de cocher.