mardi 5 juillet 2016

"Manu les gros bras" n'impressionne que lui même !

C'était écrit. Manuel VALLS passe en force devant l'Assemblée Nationale en utilisant l'article 49 alinéa 3 de la Constitution. "Circulez y'a rien à voir" fait-il comprendre aux députés et aux représentants syndicaux de la CGT et de FO. La veille, le Premier Ministre, dit "Manu les gros bras" avait roulé des mécaniques devant les élus indépendantistes corses.

Manuel VALLS n'a pas du fréquenter les mêmes cours d'école que moi. Dans les miennes, lorsque menaçait de casser la gueule à quelqu'un, un moment ou l'autre fallait y aller.

Le chef du gouvernement n'impressionne personne avec ses crises d'autorité. Le désordre continu. Les zadistes continuent d'occuper Notre-Dame-des-Landes et Sivens. La CGT continue de faire la loi dans les entreprises. Les casseurs continuent de terroriser les commerçants. Les banlieues continuent d'être aux mains des dealers. La Justice est contrainte de renoncer aux exécutions des peines faute de moyens. Policiers et gendarmes sont à la limite du burn-out. Le chef du gouvernement est tellement impressionnant que le Medef et les grands patrons français annoncent ouvertement qu'ils n'appliqueront pas la loi sur la pénibilité du travail. Il impressionne tellement que le Parti Socialiste est obligé de renoncer à son université d'été et de céder  ainsi à la rue.

J'ai fait mon service militaire dans la Police Nationale. A l'école des élèves gardiens, à Sens, j'avais un vieux brigadier-chef C.R.S. qui nous disait: "Vous êtes là pour maintenir l'ordre. Quand vous faites la circulation, si vous créez le désordre, arrêtez et rentrez chez vous !" Dommage que Manuel Valls n'ait pas fait ses classes à Sens.

N'oublions pas.