samedi 15 octobre 2016

Ras-le-bol du "gnangnan" politicien !


© Laurent SAILLY pour Méchant Réac ! ®

Il est stupéfiant de constater à quel point le langage tenu par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, lors de l’attaque des policiers à Viry-Chatillon, n'est absolument pas adapté à la gravité de la situation. Il a parlé de "sauvageons" qui s'étaient "comportés lâchement". Or nous avons affaire à des criminels, que ce soit à Marseille, à la Grande Borne, etc. Tout comme le président Hollande qui, dans une autre affaire de violence, avait déclaré que les auteurs devaient être "punis". Un certain nombre d'hommes politiques (de gauche comme de droite) et de représentants des institutions tienne ce discours du vivre-ensemble avec un ton gnangnan accompagné d’une sauce sans saveur qu'on nous sert du matin au soir : "il ne faut pas faire d'amalgame", "il ne faut pas stigmatiser certaines populations", "il faut éviter de céder à la haine", etc. Ces expressions infantilisantes ne font qu’exaspérer la population victime de ses "sauvageons".
Nicolas Sarkozy ne parle pas cette langue et à la violence physique des agresseurs il répond par la violence verbale. Je ne sais pas si sa stratégie sera payante, mais je pense que sur le fond il a raison.

N'oublions pas.