lundi 14 novembre 2016

Ecoutons le message des policiers !



Par Laurent SAILLY, directeur de la publication.

L’élection de Donald Trump est tombée au bon moment pour le gouvernement. Les médias, mono-information, ne débattent plus que de ça. Le chômage, la situation économique du pays, la saisine en destitution du président de la République, la colère des policiers, tout est relayé au second plan.

Aussi, je voudrais revenir sur la colère de nos représentants des forces de l’ordre. François Hollande et son gouvernement, mais aussi la presque totalité des candidats aux différentes primaires, n’apportent qu’une réponse : plus d’argents. C’est facile de sortir le chéquier. Surtout quand le compte auquel il est rattaché n’est pas le vôtre mais celui des Français.

Oui je l’ai déjà dit dans de précédents articles, les moyens affectés aux forces de l’ordre ne sont pas à la hauteur d’une démocratie comme la France.

Au carrefour de toutes les tensions, de tous les conflits et de la misère humaine, les policiers font le travail que le reste de la société ne veut pas faire.

Que nous disent, au-delà des réponses formatées des syndicats, de leur hiérarchie et des politiques, les policiers en colère ?

Ils nous disent que notre société est au bord du gouffre. La guerre civile s’annonce comme la très bien écrit Ivan Rioufol. Il est temps d’arrêter de subir. Il est temps de retrouver un dirigeant courageux et volontaire qui monte au combat avec ses hommes. Ils (nous) ne veulent (voulons) plus de commémorations, qui sont des témoignages d’échecs des politiques de ces dernières années. Il faut cesser de pleurer à chaque drame. Il faut un chef capable de réagir avec détermination, efficacité et énergie. Il faut entendre ce que nous disent les policiers. Avant qu’il ne soit trop tard.

N'oublions pas.