Terrorisme : Et si on leurs pétait la tronche ?

©Laurent SAILLY, pour Méchant Réac ! ®

J’en ai marre des mots compatissants des politiciens à chaque attentat : refuser l’amalgame, ne pas céder à la violence ou à la peur... Les Européens ont-ils encore la volonté de réagir ? Planqués derrière leurs acquis, vont-ils disparaître comme un autre temps l’Empire Romain ? A quel point nos libertés ont-elles été vendus au Qatar ou à l’Arabie Saoudite ?

Depuis le 11 septembre 2001, c’est près de 30.000 attentats commis au nom de l’islam. Il est temps de réagir et de combattre tous ceux qui exècrent la démocratie, le christianisme, la liberté. Il faut s’interroger sur quarante ans de politique migratoire, sur la place de l’islam dans nos sociétés. Rien ni personne ne peut justifier un assassinat. Encore moins dans un pays comme le nôtre où la liberté d’expression est totale.

Le courage politique est partout absent : chez les hommes politiques comme chez les électeurs. On exporte la guerre pour défendre les libertés au Mali, en Syrie, en Lybie… Mais qu’attendons-nous pour riposter là où nous sommes attaqués, c’est-à-dire sur notre territoire national ?

Tout le monde veut la paix. Mais nous n’avons pas su préparer la guerre pour assurer cette paix. Nous sommes maintenant en guerre. Il faut l’accepter et réagir. Nous n’avons pas à porter une quelconque culpabilité. Nous avons fait des erreurs, nous avons été à l’origine de drames. Mais aujourd’hui nous sommes dans le « camp des gentils ». La morale et le droit sont de notre côté. Je veux rester dans le « camp des gentils ». Une chose est certaine, je ne serai pas dans le « camp des couillons ». Je suis un combattant et si je dois mourir de la violence aveugle de ces dingues se sera les armes à la main.

Les peuples européens, et les Français en particulier doivent faire face à l’ennemi. Une grande partie des médias, nourris à l’islamo-gauchiste, mettent en garde contre les politiques sécuritaires nécessairement liberticide. Entre la liberté et la vie, je choisis la vie. Entre la soumission et la mort, je choisis la mort.

Avant de vouloir rétablir le droit à l’étranger, faisons le ménage dans nos banlieues. Libérer Mossoul ou Alep est une mission honorable ; mais libérons ces millions de Français de toutes origines aux mains de petits caïds sans foi ni loi à Grigny, Mantes-la-Jolie, la Grande Borne etc… Libérons ces territoires avec les forces légales et sous l’égide la République pendant qu’il est encore temps.

Les Français ont les hommes politiques qu’ils méritent : lâches, égoïstes, nombrilistes. La France ne tiendra pas encore très longtemps. Déjà les mouvements et les cellules d’extrême-droites se réveillent. La France est au bord de la guerre civile. Il faut éviter à tout pris cette situation. Pour tout le monde. La réaction c’est maintenant. Demain il sera trop tard et il n’y aura plus que des larmes et du sang !

Articles les plus consultés