Jeanne d’Arc 2018: Mathilde Edey Gamassou, un symbole français.

Dans une France de plus en plus fracturée et de moins en moins libre, Jeanne d’Arc peut devenir le lien qui fait tellement défaut dans notre communauté nationale.
Au début du siècle dernier, Jeanne d’Arc avait accompli le miracle de rassembler les français qui s’étaient déchirés après la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat. En effet, Rome faisait de l’héroïne française une sainte le 16 novembre 1920 et, la République la célébrait par la loi du 10 juillet 1920 en consacrant le deuxième dimanche de mai à la fête de Jeanne d’Arc, fête du patriotisme.
Dans un hommage à la pucelle d’Orléans, Jean d’Ormesson rappelait qu’elle « est appelée par En-haut pour apporter aux Français la liberté et la paix. Elle ne divise pas. Elle unit. Elle n’appartient à personne. Elle est la sainte de tous. J’imagine qu’elle était aux côtés du communiste fusillé pour la libération de la France comme elle était aux côtés des gentilshommes chrétiens qui se faisaient tuer pour leur Dieu et leur roi aux frontières du royaume. »
Rassembler, voilà le mot d’ordre de 2018. Jeanne d’Arc n’appartient à personne et à tout le monde en même temps. Elle incarne l’espoir, la sagesse, le courage, la tolérance, la foi. Elle illustre à elle seule le « impossible n’est pas français ! ».
Mathilde Edey Gamassou, d’origine béninoise par son père et polonaise par sa mère, née à Paris et habitant à Orléans, âgée de 17 ans et scolarisée en première L au lycée Sainte-Croix-Saint-Euverte, sera la Jeanne d’Arc 2018 pour les fêtes johanniques.
Pour le jury composé de représentants de la ville d’Orléans, de l’armée, de l’Église et de l’association « Orléans Jeanne d’Arc » qui l’a choisi, l’impétrante devait répondre à des critères précis : être catholique pratiquante, habiter Orléans depuis au moins 10 ans, être scolarisée dans un lycée orléanais public ou privé, et donner gratuitement du temps aux autres.
La bêtise n’étant pas l’apanage exclusive des mouvements gauchistes, un certain nombre de mes compatriotes, sous couvert de l’anonymat, a lancé une campagne calomnieuse et raciste à l’encontre de cette jeune fille au prétexte qu’elle était métissée ! Pour eux, la désignation d’une jeune fille métissée est une tentative d’imposer le communautarisme en France. Les lecteurs de Méchant Réac ! ® savent combien je défends la culture française, le principe d’assimilation et la laïcité dans mes articles. Mais là il y a confusion des genres. Une culture nationale ne peut (et ne doit) s’exempter des influences extérieures. L’assimilation est un processus de transformation culturelle certainement pas le résultat d’une disparition des origines ethniques. La laïcité est un principe qui consiste à vivre avec la religion et non contre elle (la religion n’est pas l’opium du peuple !). Je donnerai en contre-exemple: Caroline De Hass, née en France de parents français élevée dans la religion catholique, aurait fait une mauvaise Jeanne d'Arc parce qu'elle n'aime pas la France.
La désignation de Mathilde Edey Gamassou est une occasion de rassembler la communauté nationale autour de caractéristiques johanniques victimes de tous les extrémismes ces derniers années : le féminisme, la jeunesse, le patriotisme, l’origine ethnique.
Mathilde Edey Gamassou sera une très belle Jeanne d’Arc 2018. Je lui souhaite bon courage et lui offre tout mon soutien !

©Laurent Sailly pour Méchant Réac ! ®


Lire mes articles à ce sujet :

Commentaires