mercredi 9 septembre 2015

Rapport Combrexelle: une bombe qui fait "pschitt"


Le rapport Combrexelle présenté au gouvernement porte quelques bombes, comme le contournement de la durée légale de travail hebdomadaire, la fin des accords à durée illimitée à la française, la baisse des indemnités de licenciement dans le cadre d'un accord de maintien de l'emploi, de faire de l’économie numérique un laboratoire où serait libéralisé le droit du travail.

De cette révolution annoncée on peut faire confiance à l’exécutif pour casser le mouvement.

Lors d’une conférence de presse, notre premier ministre annonce que « [son] principe, c'est plus de souplesse mais pas moins de protection». Ça commence mal. Et reprenant les termes du président de la république entend bien réformer le code du travail mais on ne touche pas au contrat de travail, à la durée du temps de travail, au smic. Des accords d’entreprise ? Oui mais avec un socle commun !

Soit. Ça n’ira pas loin mais c’est toujours ça. On commence quand ?
 
C’est oublier qu’on est en France. Un rapport ce n’est pas assez. Un autre rapport réalisé par Bruno Metting, le directeur des ressources humaines d'Orange doit être remis à la mi-septembre à la nouvelle ministre du travail Myriam El Khomri. Puis, la nouvelle ministre va mener une «concertation approfondie» avec les organisations syndicales et patronales, avant la conférence sociale des 19 et 20 octobre. Ensuite, un projet de loi sera présenté au Conseil des ministres «fin 2015-début 2016» et «discuté et voté par le Parlement avant l'été prochain. Enfin, le Premier ministre souhaite établir «une nouvelle architecture» du code du travail. D’ici QUATRE ans !
 
Ce n’est pas grave. Ce n’est pas important. On a le temps. Ce n’est pas comme s’il y avait plus de 5 millions de chômeurs et que la croissance était en berne !

N'oublions pas.