Le Figaro - FigaroVox - Opinions, débats, controverses autour de l'actualité

Contrepoints

Pain au chocolat, Chocolatine, les députés débattent !



Par l’amendement n°2064, dit « Amendement Chocolatine » les députés : M. Pradié, M. Le Fur, M. Brun, M. Bazin, M. Cattin, M. Leclerc, M. Bony, Mme Lacroute, M. Vialay et M. Ferrara souhaite compléter le deuxième alinéa de l’article L. 640‑1 du code rural et de la pêche maritime par les mots : 


« pour valoriser l’usage courant d’appellation due à la notoriété publique du produit et de ses qualités reconnues au travers d’une appellation populaire. »


Ils considèrent (sans rire) que :


« la valorisation des produits de qualité et de tradition, qui forment une richesse agricole, artisanale et commerciale dans nos territoires et notre pays passe souvent par une appellation populaire qui contribue fortement à sa notoriété.

Le présent amendement complète l’article L. 640‑1 du code rural et de la pêche maritime qui vise à définir les objectifs de la « politique conduite dans le domaine de la qualité et de l’origine des produits agricoles, forestiers ou alimentaires et des produits de la mer » en précisant que la valorisation du nom d’usage et de notoriété d’un produit répond à un de ces objectifs importants.

La valorisation d’un produit implique une origine, une fabrication locale, une qualité contrôlée, un savoir-faire préservé et une notoriété dûment établie. Cet amendement permettra ainsi de compléter ce qui constitue une véritable « chaîne de la réussite ».

Une telle évolution, légère, de la Loi, permettra de redonner ses lettres de noblesse à de nombreux produits locaux. Ce sera par exemple le cas d’une viennoiserie dont historiquement le nom a puisé son origine dans la Région Gasconne, et qui fait la fierté de tout le Sud de la France : la chocolatine. »


Cet amendement, fondamentale au regard de la situation économique et sociale de la France, des bouleversements mondiaux qui affectent la migration des populations, et les tensions internationales, nos députés ont offert un grand moment de la vie parlementaire française. Je vous rapporte l’extrait du C.R. de l’Assemblée nationale portant sur ce sujet où l’indépendance nationale semble être en jeu :


« M. le président, Hugues Renson, vice-président. La parole est à M. Michel Vialay, pour soutenir l’amendement n2064.


« M. Michel Vialay. Cet amendement, dit « chocolatine », a défrayé la chronique et a pu faire sourire, mais il est en réalité très sérieux, puisqu’il vise à compléter le code rural et de la pêche maritime pour valoriser les productions locales.
Il est dans le droit fil, mes chers collègues, du décret Raffarin de 1995 sur la baguette de tradition. Ce décret, qui avait aussi fait sourire à l’époque, a permis de sauver nombre de boulangeries artisanales, et donc d’emplois, dans les territoires, notamment ruraux.
L’amendement concerne bien sûr les spécialités de viennoiseries ou, en Bretagne, le kouign amann, mais aussi des produits locaux de tradition, comme le caillé doux de Saint-Félicien en Ardèche, cher à votre collègue Dussopt, monsieur le ministre, ou le carré de Salers, cher aux Catalans et notamment au premier d’entre eux, Jean-Yves Bony, ici présent.
Mes chers collègues, nos régions ont du talent. Valoriser les produits du terroir, c’est sauvegarder l’emploi dans nos territoires.


« M. le président. Quel est l’avis de la commission ?


« M. Jean-Baptiste Moreau, rapporteur. La valorisation du nom d’usage et de notoriété d’un produit est déjà un aspect essentiel des différents labels, en particulier les appellations d’origine. Votre exemple est d’ailleurs particulièrement mal choisi, puisque le terme de chocolatine n’a de notoriété que dans le Sud-Ouest. Dans tout le reste du pays, y compris dans le Sud-Est et dans la Creuse, on parlera davantage de pain au chocolat.
Avis défavorable. »


L'amendement sera rejeté. Le débat Chocolatine versus Pain au chocolat propose une double lecture :



-          Une lecture pessimiste : le temps parlementaire, si coûteux, ne mériterait-il pas d’être mieux employé ?

-          Une lecture optimiste : si nos parlementaires peuvent se permettre ces digressions, c’est que la situation n’est peut-être pas aussi grave…


N.B. : vous l’avez compris, si cet article s’attaque à un vrai sujet traité par l’Assemblée nationale, la photo et le texte qu’elle contient est un Fake, une fausse nouvelle. L’objectif est de sensibiliser chacun d’entre nous à ne pas « liker » n’importe quoi ou à participer à la diffusion de fausses nouvelles. Les réseaux sociaux ne dispensent ni de l’analyse critique, ni du sens des responsabilités !

Nous soutenons et collaborons en 2019 avec

https://lafrancelibre.tv/http://www.ifrap.org/https://fr.irefeurope.org/http://www.fondapol.org/http://www.institutmolinari.org/https://www.tvlibertes.com/https://www.atlantico.fr/http://www.lefigaro.fr/vox/https://www.causeur.fr/https://institutdeslibertes.org/

NOS AUTRES BLOGS

https://mechantreac.blogspot.com/https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/https://parolesdevangiles.blogspot.com/http://www.gentilbanquier.fr/https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/