https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Edmund Burke

Le propre des auteurs classiques, dit-on parfois, c’est que tout le monde les connaît, que tout le monde les cite mais que… personne ne les lit.


Homme politique et philosophe irlandais, défenseur du droit naturel classique et représentant de la tradition libérale anglaise, adversaire et promoteur de l'historicisme moderne, défenseur des libertés et tenant de l'État autoritaire, tout en présentant les traits d'une pensée unie et cohérente. Bien que sa postérité soit aussi nombreuse qu'éclatée en raison de l'équivoque des interprétations (il fut à l'origine de toutes les grandes critiques de la Philosophie du XVIIIe siècle, du conservatisme libéral anglais au romantisme allemand et au traditionalisme des contre-révolutionnaires français et peut servir de source à des réactionnaires hostiles à la totalité des principes modernes de la liberté et mêmes des critiques socialistes de la société bourgeoise), on peut le classer parmi les libéraux conservateurs (Friedrich Hayek revendiqua avec force sa filiation intellectuelle).

Thèmes majeurs de sa pensée

- Défense de la raison cumulative, cristallisée dans la tradition (ordre spontané) contre l'anti-traditionalisme des encyclopédistes et leur rationalisme constructiviste (par ex. doctrine de la « table rase »)

- Contre les Droits de l'Homme abstraits des révolutionnaires français. Aux fruits d'esprits métaphysiques et géométriques, soutenus par une conception pré-politique de l'individu, il oppose les « droits des Anglais », fruits d'une sorte de contrat originel proche de celui de Hobbes (l'emprunt d'une théorie artificialiste ne pouvant s'accompagner que de difficultés chez Burke) et produits par une lente histoire qui rend ces droits uniques et non pas universels. Cette conception organique (holiste) des institutions a influencé les traditionalistes français (Joseph de Maistre, Bonald) et le romantisme politique allemand (A. Müller)

- Défense de la Common Law et de la jurisprudence contre le légicentrisme continental

- Défense des droits naturels (divins) contre le droit positif

Source: Wikilibéral

Pourquoi Burke est-il un libéral et non un réactionnaire ? 



Pourquoi Edmund Burke s’oppose-t-il aux « faux » Droits de l’Homme ?


Réflexions sur la Révolution en France

Peu de livres ont eu une importance historique aussi grande, et une postérité aussi variée, que ces « Réflexions », présentées ici dans une traduction nouvelle. uvre de circonstance, elle est très vite au centre des polémiques de l'époque révolutionnaire et, au-delà, elle inspire toutes les grandes critiques de la philosophie du XVIIIe siècle : du conservatisme anglais au romantisme allemand et au traditionalisme des contre-révolutionnaires français.
Libéral anglais, que tout semblait disposer à accueillir favorablement la révolution, Burke, dès novembre 1790, prévoit, comme des conséquences inéluctables, la déposition du roi sinon son exécution, et la dictature militaire. La Terreur et la guerre ne feront que confirmer ses premières analyses, comme le montrent, avec une superbe éloquence, les textes qu'il consacra ensuite, jusqu'à sa mort en 1797, aux événements de France, et dont un choix abondant complète la présente édition.




https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/https://parolesdevangiles.blogspot.com/https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/

#JeSoutiensNosForcesDeLOrdre

 




Cliquez sur le bandeau ci-dessous !