https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Mathieu Bock-Côté: «Asia Bibi, la vraie valeur du droit d’asile»

L’histoire d’Asia Bibi ne nous est plus inconnue. Cette chrétienne pakistanaise était condamnée à mort chez elle pour blasphème depuis 2010. Pendant huit ans, elle fut emprisonnée, avant d’être libérée suite à une décision de la Cour suprême du pays en 2018, ce qui a provoqué moult remous et manifestations. De nombreux leaders religieux n’admettaient pas le jugement. La foule fanatisée voulait la pendre: tel devrait être le sort réservé aux apostats en terre d’islam. Elle a quitté le Pakistan, à la recherche d’un refuge, en passant notamment par le Canada, qui avait accepté de l’accueillir pour un an. On apprenait ces derniers jours qu’elle cherchait maintenant l’asile en France. Ils sont nombreux, à gauche comme à droite, à vouloir lui ouvrir la porte. Avec raison.
Bouleversante, cette histoire est aussi révélatrice. Trop souvent, dans le monde occidental, le droit d’asile est détourné, au point d’être devenu une filière migratoire à part entière. Une disposition juridique exceptionnelle imaginée en d’autres temps pour accueillir les dissidents véritables est aujourd’hui détournée à grande échelle, avec la complicité active d’associations immigrationnistes rêvant à l’abolition des frontières et allant jusqu’à criminaliser la volonté de les défendre, en oubliant, comme l’avait noté en son temps Bertrand de Jouvenel, que la frontière est justement nécessaire pour qu’un homme puisse la traverser et se protéger ailleurs de la tyrannie. Mais l’histoire d’Asia Bibi ne relève pas de cette logique. Nous sommes devant un cas authentique de persécution politico-religieuse: cette femme, qui aurait bien voulu rester chez elle, et s’y agenouiller paisiblement devant la croix, risquait pourtant sa peau pour sa foi. C’est pour de semblables cas que le droit d’asile existe et qu’il doit être honoré.
Lire la suite de la chronique

Aidons-les

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !