https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Mathieu Bock-Côté: «Coronavirus, l’animal humain en temps de crise»

Alors que nos sociétés sont appelées pour un temps au confinement généralisé, on ne peut qu’être médusé devant les vidéos où l’on voit de grands rassemblements d’individus défiant les exigences élémentaires de la santé publique au nom de leur droit à s’amuser en meute. Sont-ils exagérément insouciants ou simplement stupides? Ici, on voit des milliers d’étudiants américains profiter du «spring break» en Floride en crânant. Là, on voit d’innombrables promeneurs s’agiter à Barbès, comme si de rien n’était. Cela sans oublier les vieux têtus et les jeunes idiots qui affichent fièrement leur incrédulité devant la situation d’urgence sanitaire, comme s’il y avait derrière cette crise une manipulation de grande envergure au service d’une conspiration planétaire. Le complotisme qui empoisonne l’esprit public se montre plus toxique que jamais.
À ces incivilités ordinaires, qui nous rappellent la puissance infinie de la bêtise humaine, s’ajoutent des tensions sociales que la présente crise radicalise et que le système politico-médiatique parvient de plus en plus difficilement à relativiser. En France, dans ce que l’on nomme pudiquement certains «quartiers», des voyous, sans gêne, se permettent de cracher sur des policiers à qui on interdit de porter des masques. D’autres pillent les supermarchés. Sans verser dans le catastrophisme, on peut craindre quela situation ne dégénère. Le vivre-ensemble vire à la fable ridicule. Aux États-Unis, les ventes d’armes montent en flèche, comme si l’Américain moyen se repliait dans une mentalité survivaliste, ce qui n’est pas surprenant dans un pays où la violence est omniprésente même en temps de paix.
La possibilité d’un dysfonctionnement significatif de l’ordre social… Lire la suite de la chronique sur LeFigaro.fr

Aidons-les

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !