https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Nicolas Baverez: Les libertés au temps du coronavirus

En l'absence de vaccins et de traitements, les stratégies de mise sous contrôle de la contamination impliquent d'instituer et faire respecter des règles strictes de distanciation sociale ainsi que de recourir soit au confinement généralisé de la population, soit à la quarantaine individuelle associée à des outils de traçage numérique. Ces mesures heurtent frontalement les libertés fondamentales de circulation, de réunion, de manifestation, d'entreprendre. Elles passent parfois par l'instauration de régimes d'exception qui dérogent à l'ordre constitutionnel habituel, en élargissant les compétences du pouvoir exécutif pour répondre à l'urgence sanitaire et en limitant le jeu normal des contrepouvoirs. Elles sont enfin incompatibles avec le principe même de la vie démocratique, qui repose sur la délibération collective, le débat public, la désignation des dirigeants par le vote au suffrage universel qu'il est très difficile d'organiser dans la période d'expansion de l'épidémie – la Corée du Sud constituant une remarquable exception.
Toutes les démocraties ont ainsi été télescopées par le coronavirus. Certaines, à l'image de la Corée du Sud ou de Taïwan, de l'Allemagne ou de la Suède, ont fait preuve d'une remarquable résilience. Grâce à l'anticipation du choc par l'État dès la fin 2019, à la montée en puissance du système de santé, à des finances publiques saines, à la mobilisation de leur appareil industriel et des technologies de l'information, au civisme de leurs citoyens, elles ont limité le nombre des victimes et les dommages économiques tout en préservant le fonctionnement de leur État de droit.
Lire la suite dans le n°170 de Commentaires

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !