https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Le courrier des stratèges

Bertrand Cavallier : Les policiers et les gendarmes sont-ils trop peu entraînés pour garantir leur sécurité… ou condamnés à subir l’impuissance de l’Etat ?


Atlantico : Les récentes attaques de forces de l'ordre, à Herblay ou à Champigny-sur-Marne, ont remis subitement sur la table la question de la formation et de l'entraînement des policiers et gendarmes français. Leur formation vous paraît-elle, dans son ensemble, insuffisante pour gérer ces nouvelles agressions ? Les policiers et les gendarmes sont-ils même capables d’assurer leur propre sécurité ?

Bertrand Cavallier :
L’agression d’une extrême violence perpétrée contre des policiers à Herblay, le 27 octobre, renvoie au massacre de deux sous-officiers féminins de gendarmerie, le 7 juin 2012 à Collobrières. Dans les deux cas, ils ont été désarmés et attaqués avec leurs propres armes. Ces évènements sont malheureusement révélateurs d’une situation globale structurelle caractérisée par une violence que l’on peut désormais qualifier de systémique contre les membres des forces de l’ordre. En témoigne l’augmentation constante des agressions contre les gendarmes (« Depuis 2010, le nombre d’agressions physiques sur les gendarmes a augmenté de 76%. Les agressions avec armes ont été multipliées par deux, et le volume des gendarmes blessés a augmenté de 63%. En 2019, 2300 gendarmes ont été blessés du fait d’une agression, ce qui constitue une augmentation de 72% par rapport à 2012. » Audition par la mission d’information relative aux moyens d’action et aux méthodes d’intervention de la police du Général Christian Rodriguez, Directeur général de la gendarmerie nationale, le 22 juillet 2020) et policiers depuis une vingtaine d’années. Sans évoquer d’autres acteurs institutionnels comme les pompiers. Et en rappelant que s’il y a de plus en plus de désinhibition dans le passage à l’acte violent contre des membres des forces de l’ordre, le phénomène est comme on le constate amplifié vis-à-vis de simples citoyens.

Ces constats croisés avec les impératifs de meilleure prise en compte des principes de proportionnalité dans l’usage de la force ont conduit la gendarmerie et la police nationale à mettre en oeuvre des formations spécifiques. Dénommées Intervention professionnelle (IP) en gendarmerie ou Gestes et techniques en intervention (GTPI) au sein de la police nationale, elles ont pour but de permettre aux gendarmes et policiers de mieux prévenir des violences et de réagir contre une menace dans le cadre de l’exécution de leurs missions du quotidien.

Ces formations sont bien évidemment dispensées au cours de la formation initiale. Elles devraient l’être davantage dans le cadre de la formation continue, mais là se pose la question de la disponibilité des personnels (soit le temps de travail ) mais aussi de l’adhésion d’une partie d’entre eux à cette obligation de maintien de leur condition opérationnelle.

Cependant, nonobstant cette formation à l’intervention, une réflexion plus large s’impose dans deux domaines :

- d’une part, les critères de recrutement qui devraient être plus exigeants s’agissant des épreuves physiques, tels que je les avais mis en oeuvre au sein de la gendarmerie alors que j’exerçais les fonctions de sous-directeur des compétences, en charge notamment du recrutement. De toute évidence, les métiers de la sécurité imposent un physique opérationnel pour pouvoir agir efficacement. Or, ce n’est actuellement plus le cas pour une proportion notable de jeunes recrues ;

- d’autre part, la durée de la formation en école qui devrait être rétablie à un an minimum. En effet, s’agissant d’une majorité d’élèves gendarmes ou d’élèves gardiens, différents facteurs tenant à leur jeunesse, à leur parcours premier majoritairement estudiantin… plaident pour une année de scolarité qui constitue un minimum pour la densification de leur personnalité, en termes de préparation mentale, physiologique, d’appropriation de valeurs de service… soit le pourquoi être et le savoir être qui constituent le préalable au savoir-faire, voire ses fondations.

https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/https://parolesdevangiles.blogspot.com/https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/

#JeSoutiensNosForcesDeLOrdre par le Collectif Les Citoyens Avec La Police

 




Cliquez sur le bandeau ci-dessous !