https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Le courrier des stratèges

L’écoféminisme : une imposture intellectuelle sans aucun fondement scientifique - Par Bertrand Vergely

A l'heure du débat de la primaire écologiste, Sandrine Rousseau se revendique de "l’écoféminisme". Comment cette idée, qui est souvent cantonnée au monde universitaire, est-elle arrivée dans la classe politique ?


Atlantico : Sandrine Rousseau se revendique de “l’écoféminisme”. Qu’est-ce qui se cache concrètement derrière ce terme ? Quelle est son histoire ? Dans quel courant intellectuel s’inscrit ce mouvement ?

Bertrand Vergely :
Comme son nom l’indique l’écoféminisme est le résultat de la rencontre entre l’écologie et le féminisme. Afin de comprendre ce phénomène idéologique qui est en train de prendre de l’ampleur il importe de distinguer trois écoféminismes.

Le premier écoféminisme renvoie à la plus haute spiritualité qui soit. L’écologie est, comme son nom l’indique, la science de la maison, oïkos voulant dire en grec la maison. La maison est ce qui se passe quand l’existence est habitée par l’être, l’être étant la réalité fondamentale qui a été, qui est et qui sera. La femme incarne à travers le féminin la réceptivité fondamentale. Être dans un écoféminisme veut donc dire être dans la réceptivité fondamentale de l’être.

Philosophiquement, c’est le taoïsme qui incarne l’écoféminisme créateur. Toute chose procédant de l’être, toute chose est habitée par un principe harmonieux. Ce principe harmonieux se retrouve dans la relation harmonieuse qu’il peut y avoir entre ces polarités dynamiquement opposées que sont le masculin et le féminin. Être ainsi écoféministe consiste à être habité par l’harmonie en désirant que tout puisse connaître cette harmonie.

L’éco-féminisme procède par ailleurs d’un certain nombre de combats politiques menés pour protéger l’environnement face aux ravages provoqués par la violence économique et pour protéger les femmes qui subissent toutes sortes de violences. On n’a pas toujours parlé de la violence que subit la nature ou que subissent les femmes. L’écoféminisme est né de la libération de la parole à propos de ces violences. Le féminisme et l’écologie existant depuis quelques décennies, il était inévitable qu’à un moment ou un autre ceux-ci se rassemblent au sein de ce qu’il est convenu d’appeler une convergence des luttes.

Enfin, il y a dans l’écoféminisme un certain désarroi idéologique. Suite à l’effondrement du communisme, la gauche qui était marxiste ne l’a plus été. Alors qu’auparavant, elle croyait au rôle moteur de la classe ouvrière afin de changer l’histoire, elle n’y croit plus. Comme elle n’y croit plus et qu’il faut bien remplacer la classe ouvrière, elle s’appuie sur les forces sociales et politiques du moment représentées par les Verts et le féminisme. Il s’agit là d’une transformation idéologique majeure. Lorsque la classe ouvrière incarnait l’avenir de l’humanité, il y avait une force sociale organisée en l’occurrence la classe ouvrière organisée en classe. Avec l’écoféminisme, ce n’est plus une classe qui organise l’avenir mais un mouvement aux contours mal définis, l’écologie comprenant plusieurs écologies et le féminisme plusieurs féminismes. Cette confusion liée au passage de la classe au mouvement se retrouve dans la contradiction de fond qui traverse ce mouvement. D’un côté l’écoféminisme entend défendre la nature ainsi que les femmes, d’un autre il y a en lui tout un courant dénonçant le mythe de la nature et de la femme. Résultat : ce mouvement ne sait pas très bien où il en est, la défense de la nature et de la femme ayant du mal à s’accorder avec ce qui entend dénoncer les illusions idéologiques charriées par ces notions.

Selon l'écrivaine française Françoise d'Eaubonne porteuse de la thèse, l'écoféminisme repose sur l'idée que l'exploitation de la nature et des femmes participent d'une même logique. Lier ces deux notions a-t-il un réel sens historique ?

Bertrand Vergely :
Au 19ème siècle Engels a écrit un ouvrage intitulé L’origine de la famille, de la propriété et de l’État afin de montrer que le capitalisme qui opprime les peuples par la propriété et l’État l’opprime par la famille. Il a ainsi rêvé d’un monde où il n’y aurait plus rien qu’une grande fraternité délivrée de l’État, de la propriété et de la famille.

L’écoféminisme est idéologiquement une émanation du marxisme et de Engels. Concrètement, il se heurte à des difficultés majeures. Historiquement d’abord, en supprimant la famille le communisme n’a pas libéré les hommes et les femmes. Il a fait de ceux-ci les choses de l’État en les exploitant de façon éhontée.

Par ailleurs, une chose est de penser que l’exploitation vient du capitalisme et une autre du sexe masculin. Lorsque l’on fait du capitalisme la source de l’exploitation, on se situe dans l’histoire pas dans la nature. Quand on fait du masculin la source de l’exploitation, on se situe dans la nature et non dans l’histoire. On peut penser libérer l’humanité de l’exploitation en en finissant avec le capitalisme. En rêvant, la chose est possible. C’est ce qu’a fait le communisme. C’est ce que continue de faire le rêve communiste. Avec le masculin comme source de l’exploitation, il en va autrement.

Si l’écoféminisme entend abolir l’exploitation, il va devoir en finir avec le masculin. Pour en finir avec lui, seule une dictature féroce y parviendra. On ne sera plus alors dans le rêve mais dans le cauchemar. Avec la théorie du genre, un pas a été effectué dans cette direction. Pas pour le moins problématique. Lorsque la théorie du genre supprime la notion de masculin, elle est obligée de supprimer celle du féminin. Alors que l’on entend défendre la femme et les femmes, c’est quelque peu gênant.

Cette relation entre écologie et féminisme s’appuie-t-elle sur des fondements scientifiques et des données universitaires ?

Bertrand Vergely :
En théorie, l’écoféminisme repose sur la sociologie marxiste faisant du capitalisme la cause de l’exploitation économique de l’humanité et de la violence exercée à l’encontre des femmes. Dans la pratique, il s’agit là d’une sociologie impossible.

Si le capitalisme est censé être capitaliste parce qu’il est sexiste, la thèse marxiste de la cause économique de l’exploitation s’écroule. Si le sexisme est sexiste parce qu’il est capitaliste, la thèse féministe du sexisme comme cause de l’exploitation s’écroule également. L’idéal serait qu’une théorie générale de l’exploitation existe en faisant cohabiter la cause économique de l’exploitation avec la cause sexiste. Une telle théorie est impossible. D’où l’absence de reconnaissance scientifique et universitaire de l’écoféminisme, les scientifiques et les universitaires préférant faire de la sociologie économique pour comprendre l’origine de l’exploitation et laisser au féminisme le soin d’être un mouvement protestataire au nom de la défense du droit des femmes.

https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/https://parolesdevangiles.blogspot.com/https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/

#JeSoutiensNosForcesDeLOrdre par le Collectif Les Citoyens Avec La Police

 




Cliquez sur le bandeau ci-dessous !