https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Le courrier des stratèges

Batya Ungar-Sargon : « Ces médias woke qui sapent nos démocraties »

Batya Ungar-Sargon, rédactrice en chef adjointe de Newsweek, publie "Bad News : Comment les médias woke sapent la démocratie" et décrit le danger de l'influence des théories woke.


Atlantico : Vous avez récemment publié un livre intitulé "Bad News : Comment les médias woke sapent la démocratie". Vous y soulevez la question du "Great Awokening", comment cette tendance s'est-elle installée dans notre société ? Est-elle récente ?

Batya Ungar-Sargon :
Le Great Awokening est une expression inventée par un certain nombre d'universitaires pour décrire un phénomène en Amérique dans lequel les libéraux blancs ont développé des idées sur la race qui sont plus radicales que les points de vue des Noirs et des Latino-Américains. Ce changement s'est produit vers 2015 et Zach Goldberg, le politologue qui l'a découvert, pense qu'il est dû à une boucle de rétroaction entre les libéraux blancs et les médias qui leur sont destinés.

À partir de 2011, les médias de gauche ont commencé à utiliser un langage très académique sur la race avec une fréquence croissante. Il ne s'agit pas d'un point de discussion de la droite ; c'est quelque chose que même les libéraux ou les gauchistes comme moi ont remarqué. Mais nous ne devons pas nous fier à notre propre perception anecdotique des choses ; nous pouvons nous fier aux experts. David Rozado, un informaticien, a créé un programme informatique pour suivre l'utilisation de certaines phrases dans le New York Times des années 1970 à 2018. Il a constaté que les mots issus d'un vocabulaire très académique sur la race - "privilège blanc", "oppression", "marginalisé", "intersectionnalité" et même "suprématie blanche" - avaient vu leur fréquence monter en flèche au cours des cinq ou six dernières années, ce qui fait écho aux conclusions similaires de Goldberg concernant les médias de gauche grand public. En 2010, par exemple, le terme "suprématie blanche" a été utilisé moins de 75 fois dans le Washington Post et le New York Times, mais plus de 700 fois dans la seule année 2020 ; chez NPR, il a été utilisé 2 400 fois. Le mot "racisme" est apparu plus de 4 000 fois dans le Washington Post en 2020, soit l'équivalent de 10 articles par jour.

https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/https://parolesdevangiles.blogspot.com/https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/

#JeSoutiensNosForcesDeLOrdre par le Collectif Les Citoyens Avec La Police

 




Cliquez sur le bandeau ci-dessous !