https://mechantreac.blogspot.com/p/dabstraction-zouaves-pontificaux-ce.html https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/p/raymond-aron-aujourdhui.htmlhttps://mechantreac.blogspot.com/p/la-bibliotheque-ideale-dun-liberal.html

Contrepoints

Institut Thomas More : Montée aux extrêmes · La Russie, l’Ukraine et nous

"Manuel de résistance au fascisme d’extrême-gauche" - De Gilles-William Goldnadel

Le nouveau livre de Gilles-William Goldnadel dénonce les «fascistes» d’aujourd’hui: ils campent à l’extrême gauche. Et ils ont beau n’avoir rien à envier à leurs ancêtres d’extrême droite en matière de haine, de violence, de racisme et d’antisémitisme, ils bénéficient de l’inaltérable bienveillance des « grands » médias, notamment publics.


Selon Gilles William Goldnadel : « Ce manuel est interdit à la vente pour tous ceux qui n'ont pas encore compris que le fascisme était aujourd'hui situé à l'extrême gauche de l'échiquier politique et intellectuel. »
 
Il écrit « fascisme », car il démontre que « malheureusement, à force de matraquage par l'extrême gauche en majesté médiatique, ce mot, historiquement précisément marqué, a été dénaturé, dévalué, galvaudé. Mais j'ai écrit fascisme d'extrême-gauche, pour me faire comprendre immédiatement et émotionnellement, par souci premier d'efficacité. »

C'est tout le sens et la finalité de ce manuel. Celui qui l’a écrit s'inscrit dans le combat culturel.

Il sait la gauche habile à l'extrême dans ce combat où gagner la bataille de l'émotion est essentiel.

La bataille des idées, la gauche sait qu'elle l’a peut-être perdue depuis quelque temps.

Elle n'ose plus nier comme elle le faisait effrontément la laideur ou les dangers cruels de l'islamisme. Raison pourquoi elle ne se bat plus que sur le terrain de l'émotion où elle peut encore l'emporter en quelques instants, par la grâce disgracieuse de ses médias, sans faire appel à la raison.

La bataille culturelle qui se joue est une bataille existentielle. Puisqu'il va de notre identité comme de notre sécurité.

Ce manuel est un vade-mecum. Il propose des recettes simples telles que de traiter l'adversaire par la dérision plutôt que par la colère. De ne pas s'offusquer des étiquettes ( « fachos » !, « extrême-droite ! » , « raciste ! » etc…) dont l'extrême gauche fasciste vous affuble puisque elles ne peuvent plus piquer profondément, ayant largement perdu son magistère intellectuel et moral.
Il préconise de pratiquer le cambronisme tranquille.
De rendre coup pour coup : on vous parle chaque jour de la traite transatlantique ? Rappelez donc l’esclavage arabique et les razzias barbaresques en France. De dénoncer une imposture morale qui tient davantage de l'escroquerie de l'art contemporain que de la politique rationnelle.

Enfin : « N’'ayez aucun complexe de supériorité ou d'infériorité : Que vous soyez blancs ou noirs, soyez le sans honte. Ni vanité. N'aimez pas votre adversaire d'extrême-gauche, mais ne pratiquez ni la haine ni la vulgarité. Ce serait faire un cadeau à l’ennemi. N'ayez plus peur. C'est la leçon numéro un du manuel qui commence. »

Un antifa nommé Goldnadel

par Céline Pina

Goldnadel balance la tenaille identitaire

Gilles-William Goldnadel est un homme passionné, un avocat qui ne mâche pas ses mots, quand il parle comme quand il écrit. Son Manuel de résistance au fascisme d’extrême-gauche, sous-titré « les fachos ont changé de côté » lui ressemble : il va droit au but. Là où nombre de personnalités engagées dans ce combat se sentent tenues de donner quelques gages à la gauche culturelle par le biais de la théorie de la tenaille identitaire, selon laquelle à l’islamo-gauchisme conquérant correspondrait la poussée d’un identitarisme blanc, Gilles-William Goldnadel expédie assez vite ad patres l’un des manches de la tenaille, et assume pour sa part la bataille culturelle : « Je ne dis pas qu’il n’y a plus de fascistes à l’extrême-droite, mais j’affirme qu’en termes de quantité et de pouvoir de nuisance médiatique, il y a d’un côté une vieille alouette aux ailes rognées et de l’autre des troupeaux de jeunes chevaux sauvages qui saccagent nos vies avec leurs gros sabots. »

Goldnadel explore donc la réalité d’une extrême gauche qui justifie la violence politique, déteste les libertés, promeut le racisme et l’antisémitisme. Son livre ne prétend pas établir une analyse universitaire de l’islamo-gauchisme, mais illustrer par l’exemple son emprise sur nos existences et les complicités tant politiques que médiatiques ou universitaires qui lui permettent de prospérer.

https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/https://parolesdevangiles.blogspot.com/https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/

#JeSoutiensNosForcesDeLOrdre par le Collectif Les Citoyens Avec La Police