L'ancien ministre des Affaires étrangères libyen déclare ne pas avoir eu connaissance de financements au bénéfice de Nicolas Sarkozy

https://mechantreac.blogspot.com/2018/09/lancien-ministre-des-affaires.html

INFO JDD - Interrogé dans le cadre de l'enquête sur un prétendu financement occulte au profit de Nicolas Sarkozy, Mohamed Shalgam ancien ministre des Affaires étrangères libyen a déclaré ne pas avoir eu connaissance d'une telle affaire.

Dans un article paru aujourd’hui dans le JDD, sous le titre « Un ancien ministre de Kadhafi nie tout versement à Sarkozy », rapporte que selon un interrogatoire qui s’est tenu à Rome il y a 6 mois, Mohamed Shalgam, ancien ministre libyen des Affaires étrangères exilé en Italie, a répondu le 23 mars aux questions des juges chargés de l'enquête sur un prétendu financement occulte au profit de Nicolas Sarkozy. Il a nié toute implication dans une telle opération et contredit sur plusieurs points importants les autres dignitaires du régime de Kadhafi qui accusent Sarkozy. « Je n'ai jamais eu connaissance de financements au bénéfice de Sarkozy pour sa campagne électorale, a-t‑il déclaré. S'il y en avait eu, j'en aurais eu connaissance, ne serait-ce que de façon informelle, par les personnes avec qui j'étais quotidiennement en rapport. »

J’aurai apprécié (et j’apprécierai encore) que les internautes, qui ne perdent jamais un instant pour dénoncer « les affaires Nicolas Sarkozy » à chaque fois que le nom de l’ancien président de la République est cité, soient aussi diligents lorsque des éléments viennent le disculper.

Pour en revenir à Nicolas Sarkozy, je m’étonne toujours de l’opportunité des mises en cause de l’ancien président avec les difficultés du pouvoir en place. Ainsi apprend-on la mise en examen de Claude Guéant et la décision (de ne pas décider) de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris sur un élément de procédure dans l'affaire dite « Bygmalion », la veille de l’audition par le Sénat d’Alexandre Benalla ? N’est-ce que le hasard du calendrier ?

Dans le cas de l’interrogatoire de l’ancien ministre libyen révélé par le JDD, je suis surpris que cet interrogatoire soit resté secret pendant 6 mois, alors que la presse française arrive à obtenir des informations sur un interrogatoire en cours lors d’une simple garde à vue pour d’autres affaires ? Est-ce parce qu’il était favorable à l’ancien président ?

Je ne comprends toujours pas qu'entre la parole d'un président élu démocratiquement et celle d'un dictateur sanguinaire, on ne fasse pas de différence...

Il n’est pas interdit de s’interroger…

Voir aussi:
https://mechantreac.blogspot.com/2018/04/lacharnement-judiciaire-contre-nicolas.html
https://mechantreac.blogspot.com/2018/08/le-nez-dans-le-ruisseau-cest-la-faute.html
https://mechantreac.blogspot.com/2015/12/les-chiens-sont-laches-injuste.html

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !