Pourquoi je ne suis pas "gilet jaune" ?

https://mechantreac.blogspot.com/2018/11/pourquoi-je-ne-suis-pas-gilet-jaune.html

Tout au long de mes articles, je m’oppose à tous les mouvements qui sont contraire aux libertés individuels (penser, croire, exprimer, circuler, entreprendre, travailler…). Les lecteurs habituels de ce blog ne seront pas étonnés de mon positionnement concernant le mouvement des « gilets jaunes ».

Le mouvement des « gilets jaunes » est issu d’un ras-le-bol général des Français, ras-le-bol que je partage sur le principe. Les responsables sont les gouvernements successifs de ces quarante dernières années et en premier lieu :

-        Emmanuel MACRON qui a tout promis tout en sachant que ce n’était pas réalisable, pour assouvir une ambition personnelle ;

-        François HOLLANDE qui a accédé à la magistrature suprême suite à un concours de circonstance et dont la normalité c’est transformé en incapacité ;

-        Jacques CHIRAC qui a tenu le pays pendant douze ans, avec le concours de Lionel Jospin, dans un immobilisme complet, faisant louer à la France le virage du XXIème siècle.

Mais les actions menées, loin d’être nuisibles à nos élites, risquent d’être fortement dommageable pour les commerces de proximité, pour les artisans, pour les agriculteurs. Par exemple, l’action qui a consisté au blocage du commerce sur une journée dans le but de faire baisser la collecte de la TVA est inefficace. L’Etat ne collecte pas la TVA chaque jour, mais sur une période donnée. Les achats non effectués sur une journée se répercutent sur les jours suivants. Cependant, ce blocage d’une journée joue sur les trésoreries des artisans, commerçants et petites entreprises, trésoreries déjà fragiles. Pour priver l’Etat de rentrées TVA, il faudrait un blocage de plus de trois mois !

Les porte-paroles autodésignés des « gilets jaunes » devront prendre leurs responsabilités d’avoir entraîner une partie du pays vers des actions dont ils ne mesurent pas les conséquences politiques. Les deux morts de cette semaine (ce qui n’est pas arrivé en mai 1968) et les plus de 500 blessés doivent appeler chacun d’entre nous à la prudence.

Les revendications toute azimut de ce mouvement, aussi légitimes soient-elles, sont souvent antinomiques. C’est mathématique (autant qu’économique), mais il n’est pas possible :

-        De baisser les impôts tout en augmentant les dépenses sociales de l’Etat ;
-        D’augmenter les revenus tout en baissant les prix à la consommation ;
-        De réduire le chômage tout en augmentant les charges des entreprises.

Je sais que cet article ne sera pas populaire. Je fais déjà, à la suite de la publication dans laquelle je déclare « ne pas être gilet jaune » d’insultes et de menaces (merci la liberté d’expression). Sachez d’une part que cela ne me fera pas taire et d’autre part que tous les messages d’insultes ou de menaces sont adressés à la Police nationale avec dépôt de main courante voire de dépôt de plainte contre X pour menaces et incitation à la haine.

Cliquez sur le bandeau ci-dessous !