Il faut « moins d’Etat providentiel » pour « plus d’Etat régalien » !


http://www.mechantreac.fr/

L’analyse du concept de souveraineté fait généralement émerger quatre « fonctions régaliennes » :

1.       Assurer la sécurité extérieure par la diplomatie et la défense du territoire ;

2.       Assurer la sécurité intérieure et le maintien de lordre public avec, notamment, des forces de police ;

3.       finir le droit et rendre la justice ;

4.       finir la souveraineté économique et financière, notamment en émettant de la monnaie.

 La notion de "sécurité" est au centre des prérogatives régaliennes, la fonction première de l’État étant de garantir les conditions de la vie en société. Cette notion a connu une extension récente en France du fait de l’introduction du "principe de précaution" dans la Constitution. On considère donc maintenant que relèvent de la sécurité : la protection contre les risques majeurs, la sécurité environnementale, la sécurité sanitaire et même la protection sociale (minimas sociaux).

Aujourd’hui l’Etat est partout en France sauf là où Il devrait être. La faute à qui ? A nous, aux Français. Pas une corporation professionnelle ou sociale qui ne réclame l’intervention de l’Etat pour résoudre leur difficulté.

Les résultats sont simples :

1.       La multiplication des lois et règlements entraîne une déresponsabilisation des Citoyens et l’accroissement des incivilités ;

2.       L’augmentation des dépenses publiques dont les corollaires se traduisent par une hausse de la dette et du déficit public et à l’augmentation de la pression fiscale ;

3.       La régulation toujours plus accrue des relations économiques contraint la liberté d’entreprendre et sa conséquence principale, le chômage ;

4.       La socialisation des individus (allocations et indemnités de toutes sortes) et l’égalitarisme dogmatique (mixité sociale, quotas) ont engendré une société d’assistés.

Cette nouvelle conception de l’Etat providentiel, hérité des désastres de la seconde Guerre Mondiale et du gaullisme d’une part, et par l’incapacité des dirigeants politiques des ces quarante dernières années à mener une politique courageuse de réformes (face à l’hostilité imbécile notamment des syndicats) d’autre part, a créé toujours plus de droits et de moins en moins de devoirs le tout aux dépends des libertés individuelles et collectives.

L’Etat doit se recentrer et de renforcer ses actions autour des fonctions régaliennes : diplomatie, défense nationale, police et gendarmerie, politique pénale et justice, protection de l’environnement et aménagement des territoires.

Il est nécessaire de :

1.       Libérer l’économie et le travail (Libérer ce n’est pas « déréglementer »), privatiser les entreprises publiques, défendre au niveau européen une politique sociale commune pour lutter contre le dumping salarial ;

2.       Définir les programmes de l’enseignement secondaire des besoins des entreprises privées et décentraliser au niveau des régions, la gestion des personnels et des moyens de l’enseignement public ;

3.       Aplanir les avantages sociaux des Français : un seul régime de retraite, un seul régime de sécurité sociale, un seul mode d’indemnisation du chômage, un régime d’allocations familiales privilégiant l’indemnisation en nature (création de bons d’achats pour les nourrissons, création de coopératives scolaires à la place des primes de rentrée scolaires…), un régime l’allocations de minima sociaux couplé à une obligation de formation de retour à l’emploi ;

4.       Les restrictions de la vie privée doivent se limiter à l’atteinte à la sécurité publique  et celles de la liberté d’expression à la diffamation, à l’injure public et à toute forme de ségrégations.
Découvrez nos autres blogs !

https://mechantreac.blogspot.com/

https://grandeschroniquesdefrance.blogspot.com/
https://pourunenouvellerepubliquefrancaise.blogspot.com/

https://parolesdevangiles.blogspot.com/


http://www.gentilbanquier.fr/

https://raymondaronaujourdhui.blogspot.com/